TEST PAGE

Priorité des priorités dans une séparation : les enfants. Sans le faire exprès et parc qu'on ne peut pas tout contrôler, les enfants deviennent vite les victimes collatérales des déchirures de leurs parents.
Dans ce dossier, nous abordons toutes les étapes de la séparation vues sous l'angle de la protection des enfants.
 
 

 
Pour protéger vos enfants, épargnez-leur vos conversations d'adultes. Évitez de les inclure dans une joute où ils seraient amenés à devoir prendre parti.
Si la discussion avec votre partenaire devient impossible, parce que trop de colère et une charge émotionnelle trop intense, les  méthodes de communication non violentes recommandent de sortir de la pièce pour se calmer et reprendre la conversation plus tard. Si toute communication est impossible en dépit de ces précautions, vous pouvez aussi faire appel à un tiers. Ce tiers peut être un ami de la famille ou un professionnel.
 
 
> Séparations conflictuelles, comment s'y préparer ? En savoir plus.

Choisissez un mode de garde clair et précis

La question de la gare des enfants peut vite devenir source de conflits importante, tout comme le montant de la pension alimentaire ou le partage patrimoine.
 
Pour éviter tout conflit post-jugement, soyez très précis sur les modalités du droit de visite et d'hébergement : les semaines paires ou impaires, les horaires des échanges, etc.
 
Dans tous les cas, les deux parents gardent l'autorité parentale sur les enfants. Mais charge à eux de se partager les rôles. Les dispositions de la vie courante, les décisions importantes se prennent désormais à deux, dans un rapport de consultation.
 
 

Trouvez un logement en cohérence avec votre nouvelle vie

Dans la plupart des familles séparées, l’enfant vit la semaine chez le parent à qui il a été confié
par le juge et passe un weekend
sur deux chez l’autre parent. Pendant les vacances scolaires,
les enfants vont tour à tour chez l’un ou l’autre parent.
En cas de garde alternée, l’enfant passe une semaine sur deux chez l’un puis l’autre des
parents. La proximité des deux logements est donc primordiale dans ce système car l’école doit
rester la même.
 
Si vous ne gardez pas le logement occupé jusqu’alors…
Il est important de maintenir un même niveau de confort qu’auparavant pour les enfants
(chambres, temps de trajet pour aller à l’école, etc.). Leur vie quotidienne doit être préservée au
maximum.
 
Si vous étiez propriétaires de votre logement…
Suivant votre régime matrimonial, vous pouvez le vendre et vous partager le montant de la
vente. Vous pouvez aussi décider de continuer d’habiter ce logement contre le versement d’un
dédommagement (une soulte) ou le rachat des parts de l’autre.
 
Si vous étiez locataires…
Le bail est facile à rompre. Mais la résiliation nécessite l’accord commun des deux époux.
Pendant la procédure (sous certaines conditions) et après le divorce, vous pouvez aussi décider
de continuer à y résider si vos ressources vous le permettent.

… et soyez en capacité de le financer.

Si nécessaire, vous pouvez consulter votre banquier afin d’envisager un crédit en fonction de
vos ressources et dans la mesure de votre capacité d’emprunt. Dans ce contexte, voici quelques
éléments à prendre en compte :

  • La pension alimentaire est incluse dans les revenus de celui ou celle qui la perçoit, ce qui accroît mécaniquement sa capacité d’endettement. Inversement, elle est déduite des revenus de 
    celui ou celle qui la verse.
  • Celui qui garde les enfants bénéficie aussi du quotient familial pour le calcul de l’impôt sur le revenu.
  • Pour la location, des aides au logement existent. Connectez-vous sur le site de la CAF pour

faire une simulation. Il existe aussi des prestations pour les parents isolés.

Les aides pour votre quotidien

Pour pourvoir aux besoins des enfants, le juge peut décider d’accorder une pension alimentaire
au conjoint qui en a la charge.
 
 

Cette pension vise à prendre en charge « tout ou partie des besoins courants des enfants »,
c’est-à-dire
la nourriture, l’habillement, le transport, etc. Elle ne comprend pas les frais
exceptionnels (frais médicaux, voyages, etc.) et les activités sportives ou artistiques de l’enfant.
Vous pouvez trouver sur le site du Ministère de la Justice un barème indicatif qui vous donnera
un bon aperçu du montant qu’un juge pourrait vous demander, en fonction de vos ressources et
du nombre d’enfants.

Quels arrangements pour la voiture ?

 
Si vous possédiez une voiture commune, plusieurs options s’offrent à vous :
 
Le partage
Celui-ici se fera en fonction de votre régime matrimonial. Les noms inscrits sur les papiers du
véhicule et les justificatifs de paiement de celui-ci
seront des informations importantes pour
départager son usage.
 
Le rachat du véhicule
Si vous souhaitez le conserver et que vous en avez les moyens, il est possible d’acheter la part
de votre ex-conjoint.
Vous devrez alors faire retirer son nom sur les papiers.
 
La vente
Le véhicule peut aussi être vendu et le fruit des revenus partagé.
Enfin, si vous souhaitez acquérir un nouveau véhicule, il peut être intéressant de se pencher sur
la location longue durée.
 
> Contactez un conseiller Caisse d’Épargne pour plus d’informations à ce sujet.

Pensez à l’avenir de vos enfants

 
Votre séparation est un moment difficile pour vos enfants. Ils ont besoin de beaucoup d’attention
pour franchir ce cap important.
 
Autant que possible maintenez les activités extra-scolaires et préservez un cadre de vie proche
de celui qu’ils ont connu jusqu’alors.
 
L’idéal, dans l’intérêt de vos enfants, est de vous accorder, avec votre ex-conjoint,
sur la mise en place d’une épargne régulière pour anticiper les dépenses courantes à venir ou encore le
financement de leurs études. Il existe des solutions adaptées, comme le Livret A ou le Livret
Jeune. Un virement permanent, par exemple, permet d’assurer un petit capital que votre enfant
pourra utiliser, le moment venu, pour réaliser ses projets. Pensez aussi aux contrats de
prévoyance, comme la rente éducation, qui le protégera des imprévus.
 
> Comment protéger financièrement vos enfants ? En savoir plus.

Contactez-nous

Prendre un rendez-vous

Prenez rendez-vous directement sur Internet

Connectez-vous pour nous contacter

Vous êtes déjà client ?
Retrouvez directement les coordonnées de votre conseiller et/ou agence en vous connectant sur votre espace personnel