01/09/2016 - Allemagne : une économie fragilisée.

Chronique économique

01/09/2016 - Allemagne : une économie fragilisée.

L’Allemagne est caractérisée dans la période récente par :
une croissance rapide des salaires et la stagnation de la productivité du travail et en conséquence un recul de la profitabilité des entreprises entraînant une dégradation de la compétitivité-coût vis-à-vis des autres pays de la zone euro. On voit alors la faiblesse relative de l’investissement des entreprises en Allemagne par rapport à l’Espagne en particulier et une croissance qui aurait été faible sans le soutien de la demande des ménages par la baisse de l’inflation avec le repli du prix du pétrole et à l’affaiblissement des exportations dû à celui du commerce mondial.

Le modèle économique de l’Allemagne est donc menacé surtout par la dégradation de la compétitivité-coût et par la faiblesse du commerce mondial.

En conséquence, elle se trouve en situation de faiblesse car elle est confrontée à des pays en difficulté économique (Grèce, Portugal) qui peuvent demander des mesures de soutien de la croissance en Europe (relance budgétaire là où c’est possible, extension du plan Juncker…) à des pays en difficulté avec leurs banques (Italie, Portugal) qui peuvent demander des dérogations par rapport au bail-in et à la demande d’assouplissement des règles budgétaires dans les pays où les déficits publics sont restés élevés (France, Espagne, Portugal).

La tendance spontanée en Allemagne est de rejeter la relance budgétaire, le bail-out et les déficits publics excessifs. Mais l’Allemagne n’est pas en position de force pour rejeter ces demandes.

La faiblesse du commerce mondial et de la demande intérieure s’il n’y avait pas eu la baisse du prix du pétrole rendrait très pénalisante pour l’Allemagne un nouvel affaiblissement de la croissance de la zone euro hors Allemagne.

Par ailleurs, une explosion de l’euro serait très pénalisante pour l’Allemagne alors que sa compétitivité-coût est déjà dégradée.
Quelles sont les conséquences pratiques si l’Allemagne est en situation de faiblesse ?

Les économistes de Natixis considèrent que l’Allemagne est en position de faiblesse pour rejeter les demandes d’autres pays de la zone euro (soutien de l’économie, des banques, acceptation de déficits publics élevés). En effet, l’Allemagne souffrirait beaucoup d’une croissance encore plus faible de la zone euro ou d’une explosion de l’euro.

Dans ce contexte, l’Allemagne pourrait forcer l’Allemagne à accepter ce qui est contraire à ses principes: une relance de la demande dans la zone euro,  un bail-in « aménagé » moins strict, pour les banques en difficulté et des déficits publics excessifs dans certains pays sans qu’il y ait de sanction significative.

 >> Lire nos autres chroniques