04/08/2016 - La semaine macroéconomique

Chronique économique

04/08/2016 - La semaine macroéconomique

Aux États-Unis, les commandes de biens durables ont surpris à la baisse sur le mois de juin accusant une contraction de 4,0% M/M*. Cette baisse s’explique principalement par la contraction des commandes d’avions civils et du secteur de la défense (très volatiles). Une fois ces facteurs mis de côté, les commandes ont progressé de 0,2% M/M, indiquant une tendance très légèrement positive. Sans surprise, la Fed a observé un statu quo, laissant les taux inchangés à 0,25-0,50%. Le communiqué a été plus agressif qu’anticipé avec la Fed qui indique désormais que les risques à court terme ont baissé (malgré le Brexit). Concernant la première estimation des chiffres du PIB du T2, les statistiques disponibles indiquent clairement que la croissance se renforcera avec une accélération de la consommation des ménages.

Comme prévu, la croissance de la masse monétaire de la zone euro a accéléré en juin à 5,0% en GA** (contre 4,9% en mai). Les statistiques ont également montré que les prêts aux sociétés non financières avaient progressé de 1,7% en GA, soit. Elles témoignent de la poursuite de l’accélération de la croissance du crédit, même si elle reste faible.

En Allemagne, l'indice IFO, largement suivi, s’est replié moins fortement que prévu en juillet. Par secteur, l'indice montre une dégradation de la confiance des chefs d’entreprise dans le secteur manufacturier et le commerce de gros, mais une amélioration dans la construction où l'indicateur du climat des affaires atteint un niveau sans précédent.

Au Royaume-Uni, malgré la montée des incertitudes entraînée par l’issue du référendum, la croissance a été plus solide que prévu au T2 2016, à 0,6% T/T*** contre 0,4% au T1, accélérant même légèrement en GA, à 2,2% (contre 2,0% au T1). Malgré un ralentissement (+0,5% T/T contre +0,6% au T1), les industries des services ont encore contribué à la croissance du T2 à hauteur de 0,37 pp. En outre, après un recul de 0,2% au T1 la production industrielle a rebondi de 2,1% T/T au T2 ajoutant 0,3 pp à la croissance du trimestre.

Au Japon, l'excédent commercial s’est amélioré plus que prévu en juin, à +335 Md JPY après +270 Md JPY en mai, les exportations progressant plus fortement que les importations. Toutefois, en raison du ralentissement de la croissance en Asie et de l’appréciation du yen, la reprise des exportations ne devrait être que progressive. D'autre part, la faiblesse de la reprise de l’activité au Japon devrait limiter le rebond des importations.

 *M/M : évolution mensuelle
**GA : glissement annuel
***T/T : évolution trimestrielle

 

>> Lire nos autres chroniques économiques