11/10/2016 - OPEP : à Vienne que pourra

Chronique économique

11/10/2016 - OPEP : à Vienne que pourra

Les pays producteurs de pétrole semblent se préparer à un accord fin novembre. Les marchés attendent de voir pour payer et ont finalement peu bougé (Brent +6%, S&P -1.3% sur la semaine, Bund -3pbs, Peso +1.2%, EUR/USD -0.6%). En cas d’accord effectif, on basculerait vers un scénario haussier sur le Brent soit 56$ et 68$ fin 2016 et fin 2017 au lieu de 48$ et 58$ avant cela. Une hausse avec de forte implication pour l’inflation attendue et donc potentiellement structurante pour les Banques centrales, les courbes de taux et les devises. Rendez-vous le 30 novembre à Vienne.

Aux États-Unis, les ventes de logements neufs se sont contractées comme prévu en août après une hausse de 13,8% en juillet (-8,0% M/M à 609K). Cependant, les ventes de logements sont restées bien orientées. L’indice composite S&P/Case-Shiller (indice immobilier US) a progressé de 5,1% en GA en juillet (au même rythme qu’en juin). Surprenant le consensus, l’indice de confiance des consommateurs a de nouveau augmenté en septembre (104,1 contre 101,8 le mois précédent) dans le sillage de ses sous-composantes sur la situation actuelle (+ 3,2pts à 128,5) et sur les anticipations (+1,7pt à 97,8). La sous-composante sur le marché du travail (+6,3) a progressé pour atteindre son niveau le plus élevé depuis la crise, suggérant que les ménages restent très confiants sur l’évolution du marché de l’emploi. Soutenues par le secteur de la défense, les commandes de biens durables ont stagné en août (0,0% M/M) alors qu’elles étaient attendues en baisse.

Dans la zone euro, l’estimation flash du PMI composite de septembre publiée vendredi dernier a baissé plus fortement que prévu à 52,6 contre 52,9 en août, au plus bas depuis 20 mois. À 52,1 contre 52,8 le mois précédent, la faiblesse du PMI des services a été à l’origine de cette dégradation. En revanche, le PMI du secteur manufacturier a légèrement progressé à 52,6 (contre 51,7 le mois précédent). Après trois mois de baisse ou de stagnation, le sentiment économique dans la zone euro, tel que mesuré par l'indicateur du climat économique de la Commission européenne (ESI), a rebondi en septembre de 1,4 point à 104,9. L'ESI se situe aujourd’hui à son plus haut niveau. La masse monétaire M3 de la zone euro a augmenté plus fortement que prévu de 5,1% en GA en août, contre de 4,9% en GA (après révision) en juillet. Le taux de croissance annuel de sa composante la plus liquide, M1, a accéléré à 8,9% en août, contre 8,4% en juillet. Les crédits au secteur privé ont augmenté de 1,7% en GA en août, au même rythme qu’en juillet. L'augmentation des crédits s’explique une nouvelle fois par la progression des prêts aux ménages (1,8% en GA) et aux entreprises non-financières (1,9% en GA). L’encours sur le mois des crédits aux entreprises non financières a déçu, en baisse de 1,3 Md EUR contre 10,8 Md EUR recensés en juillet.

Au Royaume-Uni, la pression des partisans d’une sortie brutale de l’UE renforce les craintes des investisseurs et des entreprises, irrite Berlin et a incité le Premier ministre écossais à exiger plus de clarté sur le processus de sécession. En outre, le nombre de prêts immobiliers approuvés est resté faible en août, à 61K contre 72K en moyenne, comme prévu, au cours du premier trimestre de 2016.

>> Lire nos autres actualités