55 à 60 ans : mettez en place le socle de votre future retraite

Pensez à votre avenir dès aujourd'hui pour réaliser les projets qui vous feront envie

C'est la période clé pour mettre en place, sans tarder, les piliers de votre future retraite.
Cela commencer par un bilan retraite approfondi et se poursuit par une stratégie d'épargne forte.

Un bilan retraite pour commencer

 
 À 55 ans et plus, le gros de votre vie professionnelle est derrière vous. Il est plus que temps de contrôler son juste report dans votre relevé de carrière. Ce document à télécharger sur info-retraite.fr, recense l'ensemble des trimestres que vous avez validés et aussi les points acquis dans les régimes complémentaires. Vérifiez-le de manière patiente, car c'est lui qui servira d'appui pour le calcul de votre pension le moment venu. En cas d'oubli ou d'erreur, il faut impérativement se rapprocher de sa caisse de retraite pour obtenir la rectification.
 
Votre conseiller bancaire est là pour vous aider à faire votre bilan retraite et vous orienter vers les bons organismes.
Puis, à faire les bons choix d'épargne pour vos futurs besoin de retraité.

Quel produit d'épargne pour compléter votre retraite ?

 
 
C'est une certitude, votre pension de retraite sera moins élevée que votre dernier revenu d'activité. Comptez 60 à 75 % de votre dernier revenu, pour un salarié ou fonctionnaire non encadrant, et autour de 50 % pour un salarié cadre (1). D'où l'importance de se constituer un capital retraite qui fournira des revenus complémentaires. Entre 55 et 60 ans, il existe quatre grandes possibilités financières dont au moins deux peuvent être utilisées conjointement.

L'assurance vie

 
 
L'enveloppe financière tout terrain. Souple dans son fonctionnement, elle permet des modes gestion très variés, de très sécuritaire à très risqué, en passant par des profils de gestion équilibrés. C'est un produit qui s'adapte sans doute le mieux à votre objectif retraite, sans vous contraindre de manière absolue. Cette enveloppe bénéficie aussi d'avantages fiscaux très intéressants sur les retraits d'argent passé 8 ans de détention, et sur la transmission du capital en cas de décès.

Le plan d'épargne retraite (PER)

 
 Il est destiné à se constituer un complément de retraite, qu'on récupérera sous forme d'un capital, en une ou plusieurs fois, ou par des revenus réguliers que l'on appelle rente viagère. Il est important de noter que votre épargne est bloquée jusqu'à votre retraite. Cependant, la loi prévoit des cas de déblocages anticipés, que ce soit pour l'achat de votre résidence principale ou en cas d'accidents de la vie (2). Avantage important : les sommes versées dans un PER sont déduites (sauf en cas d'option pour la non-déductibilité) de votre revenu imposable(3), générant une économie d'impôt. A votre retraite, les sommes déduites seront réintégrées dans vos revenus imposables lors de la sortie en rente ou en capital.
 
Exemple : vous êtes imposé dans la tranche marginale à 30 %. Si vous versez 2000 euros dans un PER, vous réduisez votre impôt sur le revenu de 600 euros.

Le plan d'épargne en actions (PEA)

 
 C'est un dispositif complémentaire pour épargner à moyen ou long terme. Cet outil permet d'investir sur les marchés financiers européens. Le PEA bénéficie d'un cadre fiscal favorable dans la durée et notamment au moment de la sortie. Les conditions de sortie ont d'ailleurs été assouplies par la loi PACTE en 2019, puisque vous pourrez désormais effectuer des retraits dès 5 ans sans entraîner la clôture du PEA, contre 8 ans avant la loi.

L'investissement locatif

 
 
Il s'agit d'une solution aux multiples formes. On peut acheter de l'ancien ou du neuf, en pleine propriété ou nue-propriété, au comptant ou à crédit, louer nu ou meublé...
Pour avoir une bonne rentabilité locative, il est toujours nécessaire d'être attentif, de manière à ne pas acheter trop cher par rapport aux loyer perçus. Le niveau des crédits immobiliers est un critère important dans le cadre d'un investissement immobilier. Il existe des alternatives comme l'investissement dans des SCPI (Société civiles de placement immobilier) qui permet de ne pas se préoccuper de la location des biens.
 
 
Bon à savoir : il existe de nombreux dispositifs fiscaux
(Pinel, Denormandie, Malraux, etc.) qui permettent de réduire son impôt via un investissement immobilier, mais les contraintes de gestion sont assez lourdes.

Investir sur des supports financiers comporte un risque de perte en capital,
parlez-en avec votre conseiller.

Communication à caractère publicitaire
 
(1) Selon les projections du Conseil d’orientation des retraites.
(2) Invalidité du titulaire, de ses enfants, de son époux ou épouse ou de son partenaire de Pacs, décès de l'époux ou de l'épouse ou du partenaire de Pacs, expiration des droits aux allocations chômage, surendettement (dans ce cas, c'est la commission de surendettement qui doit faire la demande), cessation d'activité non salariée à la suite d'un jugement de liquidation judiciaire, acquisition de la résidence principale (sauf pour les droits issus de versements obligatoires).
(3) Dans les conditions et limites de la réglementation en vigueur.
 
BPCE, société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 170 384 630 euros, siège social : 50, avenue Pierre Mendès France 75201 Paris Cedex 13 - RCS Paris N° 493 455 042 - BPCE intermédiaire d'assurance inscrit à l'ORIAS sous le n° 08 045 100.

 
Credit photo : Getty Images.

Contactez-nous

Prendre un rendez-vous

VOUS N'ÊTES PAS CLIENT ?
Prenez rendez-vous directement sur Internet

Connectez-vous pour nous contacter

VOUS ÊTES DÉJA CLIENT ?
Connectez-vous sur votre espace personnel pour contacter votre conseiller et/ou agence