Le budget pendant la séparation

MIEUX ORGANISER ET ADAPTER VOS DÉPENSES


Toute séparation coûte de l’argent et oblige souvent à revoir ses dépenses à la baisse. Certaines d’entre elles, qui jusque-là étaient partagées, vous incombent désormais en totalité. D’autres n’existaient pas et font leur apparition. C’est mathématique, la vie à un, a fortiori avec des enfants, coûte plus cher que la vie à deux.

 

 

Les coûts de « procédure » 
Les frais de séparation peuvent être importants. Outre les honoraires des avocats et de notaires que vous engagerez, la séparation a un prix.

Le coût d’un nouveau logement
Dans le cas d’une location, les ex-partenaires devront verser un dépôt de garantie (maximum 1 mois de loyer hors charge) et possiblement des frais d’agence. Un nouveau logement engendra également des frais de liés au déménagement, à l’équipement et à l’ameublement.

Le coût de la vie quotidienne
A cela s’ajoutent des coûts qui n’existaient pas et deviennent incontournables dans cette nouvelle situation (garde des enfants, mutuelle santé, etc.) 

Les coûts liés à la voiture
Si vous possédiez une voiture commune, elle fait partie des objets à partager sous certaines conditions (le régime matrimonial, les noms inscrits sur les papiers du véhicule et les justificatifs de paiement). Deux options s’offrent alors à vous : 

  • Si vous souhaitez conserver votre voiture et que vous en avez les moyens, il est possible d’acheter la part de votre ex-conjoint. Les papiers du véhicule devront alors être uniquement à votre nom.
  • Le véhicule peut aussi être vendu et le fruit des revenus partagé.

Si vous souhaitez acquérir un nouveau véhicule, vous pouvez souscrire un prêt personnel. Il peut être aussi intéressant de se pencher sur la Location avec Option d’Achat.

Il est également important de faire le point sur votre Assurance Auto et de se protéger adéquatement en fonction des changements liés à la propriété de la voiture.

Toute séparation coûte de l’argent et oblige souvent à revoir ses dépenses à la baisse. Certaines d’entre elles, qui jusque-là étaient partagées, vous incombent désormais en totalité. D’autres n’existaient pas et font leur apparition. C’est mathématique, la vie à un, a fortiori avec des enfants, coûte plus cher que la vie à deux.

 

 

Les coûts de « procédure » 
Les frais de séparation peuvent être importants. Outre les honoraires des avocats et de notaires que vous engagerez, la séparation a un prix.

Le coût d’un nouveau logement
Dans le cas d’une location, les ex-partenaires devront verser un dépôt de garantie (maximum 1 mois de loyer hors charge) et possiblement des frais d’agence. Un nouveau logement engendra également des frais de liés au déménagement, à l’équipement et à l’ameublement.

Le coût de la vie quotidienne
A cela s’ajoutent des coûts qui n’existaient pas et deviennent incontournables dans cette nouvelle situation (garde des enfants, mutuelle santé, etc.) 

Les coûts liés à la voiture
Si vous possédiez une voiture commune, elle fait partie des objets à partager sous certaines conditions (le régime matrimonial, les noms inscrits sur les papiers du véhicule et les justificatifs de paiement). Deux options s’offrent alors à vous : 

  • Si vous souhaitez conserver votre voiture et que vous en avez les moyens, il est possible d’acheter la part de votre ex-conjoint. Les papiers du véhicule devront alors être uniquement à votre nom.
  • Le véhicule peut aussi être vendu et le fruit des revenus partagé.

Si vous souhaitez acquérir un nouveau véhicule, vous pouvez souscrire un prêt personnel. Il peut être aussi intéressant de se pencher sur la Location avec Option d’Achat.

Il est également important de faire le point sur votre Assurance Auto et de se protéger adéquatement en fonction des changements liés à la propriété de la voiture.

 

 

Modifiez votre mode de vie
Pendant un temps, le premier conseil c’est la frugalité. Réduisez ou reportez vos dépenses annexes les abonnements, etc.

Consommez différemment 
Tournez-vous par exemple vers l’économie collaborative pour louer certains équipements (poussettes, vélos, etc.) plutôt que de les acheter.

Faites-vous conseiller
Les points conseil budget sont là pour vous aider en cas de coup dur. Votre conseiller Caisse d’Epargne est disponible. N’hésitez pas évoquer avec lui vos besoins ou vos difficultés. Il pourra mettre en place des solutions souples et des facilités de caisse ou vous proposer par exemple une carte à débit différé. Avec celle-ci, vos dépenses courantes sont prélevées en fin de mois et leurs échéances tombent à peu près à la même date que le versement de votre salaire. 

Si vous êtes propriétaire, votre conseiller Caisse d’Epargne pourra également moduler votre crédit immobilier. Vous adapterez ainsi vos mensualités à vos possibilités du moment. Si besoin, la durée du prêt et son montant peuvent être remodelés. Une échéance peut aussi être repoussée. Ces mesures seront prises dans l’objectif de vous accompagner à mener à bien vos projets.

Prenez également conseil sur les possibilités de crédit à la consommation si nécessaire. Cela pourrait vous permettre d’avancer certains frais importants dont vous étalerez ensuite le remboursement dans le temps. 

Enfin, votre conseiller Caisse d’Epargne pourra vous donner des informations au sujet des assurances nécessaires en fonction de votre situation : assurance de biens*, assurance habitation*, garantie des accidents de la vie*, complémentaire santé*, etc. En discuter avec lui pourra vous aider à anticiper vos dépenses.

Faites le point sur votre situation professionnelle
Si vous pensez que c’est le moment, demandez une augmentation ou changez de poste. Si vous étiez à temps partiel, songez peut-être à reprendre un temps plein, le temps de la transition.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

1 Source : Insee Nouvelle Aquitaine
*Assur’toit, Garanties santé et Garantie des Accidents de la Vie, sont des contrats de BPCE Assurances, entreprise régie par le Code des assurances, entreprise régie par le Code des Assurances et inscrit à l'ORIAS sous le numéro 08045100.

 

 

Modifiez votre mode de vie
Pendant un temps, le premier conseil c’est la frugalité. Réduisez ou reportez vos dépenses annexes les abonnements, etc.

Consommez différemment 
Tournez-vous par exemple vers l’économie collaborative pour louer certains équipements (poussettes, vélos, etc.) plutôt que de les acheter.

Faites-vous conseiller
Les points conseil budget sont là pour vous aider en cas de coup dur. Votre conseiller Caisse d’Epargne est disponible. N’hésitez pas évoquer avec lui vos besoins ou vos difficultés. Il pourra mettre en place des solutions souples et des facilités de caisse ou vous proposer par exemple une carte à débit différé. Avec celle-ci, vos dépenses courantes sont prélevées en fin de mois et leurs échéances tombent à peu près à la même date que le versement de votre salaire. 

Si vous êtes propriétaire, votre conseiller Caisse d’Epargne pourra également moduler votre crédit immobilier. Vous adapterez ainsi vos mensualités à vos possibilités du moment. Si besoin, la durée du prêt et son montant peuvent être remodelés. Une échéance peut aussi être repoussée. Ces mesures seront prises dans l’objectif de vous accompagner à mener à bien vos projets.

Prenez également conseil sur les possibilités de crédit à la consommation si nécessaire. Cela pourrait vous permettre d’avancer certains frais importants dont vous étalerez ensuite le remboursement dans le temps. 

Enfin, votre conseiller Caisse d’Epargne pourra vous donner des informations au sujet des assurances nécessaires en fonction de votre situation : assurance de biens*, assurance habitation*, garantie des accidents de la vie*, complémentaire santé*, etc. En discuter avec lui pourra vous aider à anticiper vos dépenses.

Faites le point sur votre situation professionnelle
Si vous pensez que c’est le moment, demandez une augmentation ou changez de poste. Si vous étiez à temps partiel, songez peut-être à reprendre un temps plein, le temps de la transition.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

1 Source : Insee Nouvelle Aquitaine
*Assur’toit, Garanties santé et Garantie des Accidents de la Vie, sont des contrats de BPCE Assurances, entreprise régie par le Code des assurances, entreprise régie par le Code des Assurances et inscrit à l'ORIAS sous le numéro 08045100.