Accompagner les créatrices en trois étapes clés

Les étapes de l’accompagnement à la création et au développement par Les Premières

Le réseau Les Premières, dont la Caisse d’Epargne est partenaire dans le cadre de ses engagements en faveur de l’entrepreneuriat féminin, accompagne près de 2 500 créatrices dans toute la France. 

La Caisse d'Epargne vous accompagne

Le réseau Les Premières, expert des entreprises innovantes créées par des femmes ou des équipes mixtes, applique une méthode globale d’accompagnement ultra-performante qui lui permet d’afficher l’excellent taux de 85 % de pérennité à trois ans des entreprises suivies.

La marque de fabrique des Premières, c’est un parcours complet articulé autour de trois programmes :
- Start Premières
- Go Premières
- Boost Premières.

Etape 1
Le programme Start Premières : se découvrir entrepreneure, faire mûrir son envie d’entreprendre et son idée

Tout commence par un séminaire de deux jours dédiés à la formalisation du projet : « On va travailler sur l’idée pour la transformer en concept et dessiner les contours d’un projet d’entreprise. En même temps, on teste la posture entrepreneuriale en interrogeant les motivations, les ambitions, la vision de ce qu’est l’entrepreneuriat pour la personne » explique Caroline Dumond, Déléguée Générale des Premières Sud.

A l’issue de cette première session, trois cas de figure se présentent :

1. « Certaines renoncent ou reportent leur projet de création. C’est pleinement le rôle d’un réseau d’accompagnement de permettre à chacun de tester ses idées et ses envies, quitte à ne pas aller plus loin ensuite ou d’attendre un moment plus propice »

2. « Certaines ont une véritable posture entrepreneuriale, mais se projettent plutôt dans un business en solo » (freelance, profession libérale). Les Premières les orientent alors vers des modes d’accompagnement spécialisés.

3. « Certaines sont prêtes à développer une entreprise créatrice d’emplois. » Si elles sont dans une configuration de business classique, les Premières les orientent alors vers des structures d’accompagnement généralistes. Si le projet a une dimension innovante avérée ou en devenir, Le Programme Go Premières est le bon mode d’accompagnement.

Etape 2
Le Programme Go Premières : pour forger des entrepreneurs à part entière et créer des entreprises innovantes

Phase 2.1. : Le Prototypage

Le Programme Go Premières dure 6 à 9 mois, au cours desquels le projet va se transformer en entreprise. Dès le premier jour, les porteuses de projet prennent en main l’outil d’aide à la création d’entreprise développée par le réseau et participent à une série d’ateliers : « On va partir du design de l’offre et explorer les façons d’introduire de l’innovation dans l’idée. A partir de là, on va pouvoir définir un prototype », raconte Caroline Dumond. Et d’ajouter qu’il est important que cette « phase MVP de prototypage » se fasse à un rythme soutenu, dans un laps de temps relativement bref : « Bon nombre de créateurs qui bénéficient des allocations chômage s’imaginent qu’ils ont deux ans pour créer… Mais en réalité, il faut qu’au bout de deux ans leur entreprise soit viable et gagne de l’argent. Il faut donc qu’ils se laissent au moins un an pour l’amorçage. »

Et comme rien ne vaut le terrain pour tester son offre en conditions réelles, il va déjà falloir chercher des clients potentiels ou des testeurs… Et donc facturer, alors qu’on n’est pas encore immatriculé : « Il faut donc se poser la question du statut intermédiaire et mettre par exemple en place un portage salarial. » L’accompagnement personnalisé par un accompagnateur dédié et expérimenté tout au long de cette période de construction est également un facteur clé de réussite.

Phase 2.2. : Création de l’entreprise

Au bout de cette période de test, un business model avec une offre construite est en place. « C’est le moment de faire le business plan mais aussi de matérialiser plein de questions essentielles comme la stratégie de marque, le marketing digital, la politique commerciale, le statut juridique, les assurances… Et tout ce qui relève de la formation avancée à la posture entrepreneuriale ». La méthode des Premières pour développer cette posture repose sur le co-développement : réunies en séance de travail collectif, les créatrices de la promotion évoquent leurs freins et co-construisent leurs solutions pour les surmonter. « L’effet promo est une des clés de la méthode d’accompagnement des Premières : cela favorise l’autonomisation des individus entrepreneurs dans un contexte compréhensif de leurs enjeux et problématiques. Ça permet aussi de fertiliser les idées, de trouver des partenaires et d’installer tout de suite des réflexes de réseau pour lutter plus tard contre la solitude du dirigeant », complète Caroline Dumond.

A l’issue de cette phase, arrive le moment de l’immatriculation. Pas d’objectifs chiffrés en la matière chez les Premières : « Nous nous refusons à pousser coûte que coûte à la création des personnes qui, à un moment ou un autre du parcours d’accompagnement à la création, se rendraient compte que ce n’est pas pour eux ou que ce n’est pas le bon moment. Il est évidemment préférable de s’en rendre compte avant et c’est pourquoi le programme START-1ere est si important. »

Etape 3
Le Programme Boost Premières : pour amorcer et développer l’entreprise, créer de la valeur et de l’emploi durable

La « promo » compte désormais 100% d’entreprises immatriculées. Leurs besoins vont être cartographiés afin de créer des programmes sur mesure, composé d’une part d’un tronc commun articulé autour de « L’école des ventes » et d’autre part, d’ateliers personnalisés. Un suivi régulier par un responsable d’accompagnement va également permettre de suivre l’évolution de l’entreprise par rapport à ses objectifs et de pouvoir à chaque étape, frein ou difficulté, adapter l’accompagnement.
On vise avant tout l’amorçage du chiffre d’affaires pour que l’entreprise soit rentable le plus vite possible, afin de créer des emplois, mais cela peut également passer par toutes les thématiques possibles : stratégie, pivot, gouvernance, marketing, propriété intellectuelle, ressources humaines…

Phase 3.1. : A L’école des ventes !

A « l’école des Ventes » des Premières, on apprend à rentrer du chiffre d’affaires. En se formant aux techniques de vente, avec une importante dimension digitale, mais aussi au « personal branding » car « l’entrepreneur est le tout premier commercial de sa boîte ».
La formation se complète d’ailleurs d’une « école de comm’ » où l’on apprend les codes et pratiques de l’influence sur les médias sociaux et de la prise de parole en public et dans les médias. « Les entrepreneures ont besoin de se mettre en visibilité pour faire connaître leur offre. En face, il y a un intérêt médiatique croissant pour l’entrepreneuriat et la presse cherche de « bons clients » pour témoigner de l’aventure entrepreneuriale. Ce sont des opportunités à saisir, il faut s’y préparer ! »

Phase 3.2. : Des ateliers « techniques » personnalisés

En parallèle de l’école des ventes, les créatrices entrent dans le parcours d’ateliers personnalisés sur des problématiques identifiées comme clés pour leur activité. Certaines de ces problématiques sont assez généralistes, sur le financement ou le marketing par exemple. D’autres sont plus ciblées : par exemple sur la propriété intellectuelle ou les marchés publics. « Certains ateliers, animés par des experts, ne sont pas descendants mais reposent sur le principe de partage par les porteurs de projet de leur perception de la thématique et des solutions qu’ils imaginent. D’autres sont totalement personnalisés ».

Phase 3.3. : Des ateliers de co-développement

Les difficultés ne manquent pas quand on est entrepreneur et les occasions de poser une problématique sont trop peu nombreuses. C’est ce que permettent les ateliers de co-développement entre entrepreneurs sous la conduite d’un coach de dirigeants expérimentés : chacun vient avec sa problématique et repart avec des solutions.

Phase 3.4. : la stratégie RH et le recrutement

Afin d’aider les entrepreneures à structurer leur entreprise, Les Premières leur proposent des modules sur la gestion des ressources humaines et particulièrement sur le recrutement. Savoir s’entourer est essentiel mais penser à long terme aussi, du coup Les Premières accompagnent les créatrices dans la réflexion autour de la gestion des compétences et de la motivation.

Phase 3.5. : En route pour l’accélération !

Le programme Boost dure un an mais peut être prolongé… pour déboucher sur une orientation vers un accélérateur quand le projet est assez mûr pour un changement d’échelle !

Contactez-nous

Prendre un rendez-vous

Pour prendre un rendez-vous, remplissez ce formulaire