Evaluer l’impact social et environnemental

« Pourquoi et comment compter ce qui compte ? »

Retour sur la conférence organisée par Avise et Caisse d'Epargne le 04 avril dernier

Qu’est-ce que l’impact social et environnemental ?

La notion d’impact social et environnemental qualifie la « valeur sociale ou environnementale » d’une activité. Entrée depuis quelques années dans le vocabulaire des structures de l’économie sociale et solidaire, sa définition peut varier suivant l’interlocuteur. On retient ici la définition donnée par le Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire.

« L’impact social consiste en l’ensemble des conséquences (évolutions, inflexions, changements, ruptures) des actions d’une organisation tant sur ses parties prenantes externes (bénéficiaires, usagers, clients) directes ou indirectes de son territoire et internes (salariés, bénévoles, volontaires) que sur la société en général. »

Quels sont les enjeux de l’évaluation de l’impact social et environnemental ?

Il y a des enjeux à évaluer l’impact social et environnemental d’un projet pour toutes les parties prenantes de celui-ci, autant la structure qui le porte et le mène que les financeurs et les autres partenaires. Cependant, ceci nécessite un véritable travail et des moyens appropriés.

Pour la structure qui porte le projet

  • Démontrer que son activité est utile pour la société
  • Améliorer sa performance ou ses pratiques
  • Mieux piloter son projet 
  • Faire évoluer le regard de l’opinion publique sur ses projets
  • Rendre des comptes à ses partenaires financiers

Pour les partenaires financiers

  • Aider à la décision d’investissement, à sélectionner les projets soutenus
  • Mesurer les effets de leur investissement et pouvoir en rendre compte à leurs donateurs/épargnants
  • Instaurer de nouvelles formes de dialogue avec les structures financées
Mode d’emploi

Publié à l’intention des financeurs, le guide de l’Avise « Évaluer l’impact social » donne les clés de compréhension et d’action pour les inciter à s’engager. Sa lecture est donc également fort instructive pour les structures qui recherchent un soutien auprès de ces financeurs.

Points de vue

Benoît Mounier, Avise

« L’évaluation de l’impact social et environnemental ne doit pas être uniquement un outil de contrôle mais un instrument de co-responsabilité et d’apprentissage collectif. Pour définir ce qui compte, l’Avise prend parti pour l’utilisation d’un référentiel d’évaluation co-élaboré par les différents partenaires. »

Marianne Faucheux, Caisse des dépôts

« Ce qui importe à un financeur d’intérêt général, c’est de créer autre chose que la valeur financière. C’est de contribuer à l’intérêt général, de créer de l’impact social sur les territoires. On peut accepter de prendre un plus grand risque d’investissement, de soutenir un projet qui a une moindre rentabilité financière s’il a un plus grand impact social. »

Florence Leduc, Association Française des Aidants

« Dans une évaluation, ce qui est important, c’est de partir d’une page blanche… Déterminer ce qu’on a envie de savoir ! Pour nous, c’était connaître ce que notre action apportait aux gens. L’évaluation a permis de confirmer le projet et d’aller plus loin. »

L’avis de la Caisse d'Epargne

De prime abord, l’idée de se lancer dans une évaluation de l’impact social et environnemental de ses actions peut impressionner un porteur de projet. Pour autant, il a beaucoup à y gagner.

Ce faisant, il affirme sa position d’acteur au service de l’utilité générale. Une fois mis en place, les outils d’évaluation aident au suivi et au bon pilotage de ces projets d’intérêt pour tous. La structure qui souhaite s’engager dans une telle démarche a de plus en plus de supports, de ressources et de personnes compétentes à sa disposition pour l’accompagner.

Tout cela a bien sûr un coût qu’il convient de bien estimer. Mais, conscients de la plus-value d’une telle évaluation, les investisseurs sont de plus en plus enclins à intégrer celui-ci dans le budget des projets financés.