Règlement Benchmark et Réforme des Indices

Pour plus de transparence et de fiabilité des indices de référence

Contacter un conseiller

Afin de renforcer la transparence et la fiabilité des indices de référence, le Règlement européen (UE) n°2016/1011 du 8 juin 2016 définit un nouveau cadre réglementaire concernant les indices utilisés comme indice de référence (« le Règlement Benchmark » ou « BMR ») renforçant plus particulièrement leurs méthodes de calcul, ou en fixant des obligations pour ceux qui les utilisent.

Actualités sur la Réforme des indices de référence

Des changements majeurs au sein des marchés financiers mondiaux sont maintenant en cours concernant la réforme des indices de taux. Les banques centrales et les régulateurs dans nombre de juridictions clés œuvrent à la transition des nombreux IBORs(1) vers des taux alternatifs que l’on escompte être plus robustes et moins vulnérables à la manipulation. Le LIBOR(2) est l’IBOR le plus communément utilisé.

Les IBORs représentent une moyenne des taux auxquels des Banques Panels anticipent qu’elles pourraient emprunter de l’argent en différentes devises sur le marché interbancaire, et reflètent à la fois l’environnement de taux d’intérêt et les risques attendus de crédit et de liquidité auxquels les prêteurs sur le marché interbancaire font face.

Aujourd’hui, les IBORs sont largement utilisés comme taux d’intérêt dans les transactions financières, incluant les dérivés, les obligations, les prêts et les marchés structurés. Le cadre réglementaire européen « Benchmark » ou « BMR » visant expressément ces indices, les utilisateurs de ces indices s’attendent à une discontinuité ou une perte de fiabilité de ces IBORs.

Les autorités de contrôle et les groupes de travail européens ou internationaux ont proposé différents indices de référence plus robustes et représentatifs de la réalité économique comme taux d’intérêts alternatifs pour remplacer les IBORs. Ils encouragent et soutiennent la transition vers ces taux alternatifs tels que décrits ci-après

Pourquoi les indices de référence font-ils l’objet d’une réforme ?

Afin de renforcer la transparence et la fiabilité des indices de référence, le Règlement européen (UE) n° 2016/1011 du 8 juin 2016 définit un nouveau cadre réglementaire concernant les indices utilisés comme indice de référence (« le Règlement Benchmark » ou « BMR ») renforçant plus particulièrement leurs méthodes de calcul, ou en fixant des obligations pour ceux qui les utilisent.

Compte tenu de la probabilité de disparition de certains indices d’importance critique, les Instances européennes travaillent actuellement à une révision du Règlement Benchmark, dont la publication est attendue prochainement afin d’assurer la pérennité des contrats indexés sur ces indices et le bon fonctionnement des marchés financiers de l’Union Européenne.

Ces indices de référence (aussi dénommés taux de référence ou index de référence) sont utilisés plus particulièrement par les banques, les assureurs et les sociétés de gestion de portefeuille (SGP) dans le cadre de leurs opérations, notamment pour des crédits à taux variable, et dans le calcul de taux de rémunération d’un instrument financier ou d’un fonds d’investissement alternatif (FIA).

Quels sont les impacts sur vos opérations ?

Faire la transition depuis les IBORs vers des taux alternatifs nécessite de cerner les taux d’intérêt utilisés pour les transactions financières. Cela impactera les produits des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne faisant référence à un IBOR.

Le Groupe BPCE est activement impliqué dans la préparation de la transition depuis les IBORs et souhaite accompagner ses clients tout au long de ce processus. Le Groupe BPCE va continuer son implication dans les groupes de travail européens et soutenir les initiatives des marchés pour atteindre un consensus sur des taux de substitution, et s’assurer que ses clients disposent de l’information nécessaire.

Groupes de travail animés par les régulateurs internationaux :

Quelle est l’approche retenue dans le cadre de cette réforme des IBORs ?

Le G20 a demandé au Conseil de Stabilité Financière (FSB(3)) d’entreprendre une revue en profondeur des principaux taux d’intérêt, en réponse aux manipulations et au déclin du nombre de transactions de marché servant au calcul quotidien du LIBOR.

Le FSB a mis en place différents groupes de travail avec les banques centrales et les autorités de tutelle pour accompagner la révision des IBORs.

Pour réaliser cette réforme, des approches différenciées sont envisagées :

  1. Améliorer les indices pouvant être maintenus en renforçant la gouvernance de leur administrateur et de leurs contributeurs.
  2. Développer de nouveaux indices qui puissent servir d’alternative.

Quels sont les taux alternatifs concernés ?

À l’heure de cette revue par le FSB, les taux alternatifs proposés sont vus comme étant plus représentatifs de la réalité économique et plus fiables que les IBORs actuels, car leur calcul est basé sur des transactions réelles, ce qui devrait réduire le risque de manipulation.

Plusieurs indices vont voir ou ont vu leur méthodologie de calcul modifiée ou disparaître, à l’exception de l’Euribor qui est désormais conforme au BMR :

En Europe, pour les indices significatifs :

  • Depuis le 2 octobre 2019, la Banque Centrale Européenne publie un nouveau taux au jour le jour : Euro Short Term Rate (€STR) qui remplace progressivement l’Eonia.
  • Depuis cette date l’Eonia est fixé chaque jour à €STR + 8,5 points de base et disparaitra définitivement le 3 janvier 2022.
  • Probable disparition du Libor EUR à horizon fin 2021.

Hors Europe, création ou réforme de nouveaux indices, dits RFR ou « Risk Free Rate » : le SOFR aux Etats-Unis ; le Sonia au Royaume-Uni ; le Saron en Suisse ; le Tonar au Japon ; etc. ; les LIBORs actuels étant amenés à disparaître.

Ce qui va se passer pour certains indices de référence :

  • Soit une modification de la méthodologie de calcul de l’indice de référence du contrat.
  • Soit une substitution de l’indice de référence par un nouvel indice de référence.

Indices de substitution par devise :

Quel est le calendrier de transition des IBORs ?

Compte tenu de l’étendue de l’utilisation des IBORs par presque tous les marchés et produits, les régulateurs et groupes de travail encouragent une transition graduelle.

L’Eonia sera publié pour la dernière fois le 3 janvier 2022. L’Euribor étant conforme au BMR, il peut continuer à être utilisé pour les contrats / instruments existants et nouveaux.

Rien n’indique actuellement qu’il cessera d’être publié dans un futur proche. Néanmoins, le groupe de travail européen se réunit actuellement en vue d’identifier des méthodologies de substitution basées sur €str pour l’Euribor, dans le cas d’un scenario où l’Euribor cesserait définitivement d’exister.

Comment la transition des IBORs va-t-elle impacter les clients des Banques Populaires et
des Caisses d’Epargne ?

La transition IBOR impactera certains des produits et services offerts par les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne à leurs clients.

En dépit de zones d’incertitudes restantes, les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne encouragent leurs clients à analyser les contrats qu’ils ont souscrits et qui référenceraient ces indices, en vue de leur transition vers des produits alternatifs indexés sur les indices de substitution mentionnés ci-dessus.

Caisse d'Epargne

Changer de Caisse d’Epargne

Contactez un conseiller

Contactez directement un conseiller en complétant le formulaire ci-dessous.

Accéder au formulaire
Vous pourriez aussi être intéressé par