Satellite planète terre

Kayrros : les clés du financement d’une deeptech verte

Chaque jour, chaque heure, à chaque instant, les satellites et autres engins spatiaux livrent un gigantesque volume de données, comme ceux des programmes de l’Agence spatiale européenne… Le grand enjeu est de pouvoir traiter cette masse d’informations afin de fournir des outils d’aide à la décision pour les organisations en charge de conduire des politiques d’envergure, à l’échelle planétaire.

Comme par exemple, en matière d’environnement, un champ qui par définition ignore les frontières et demande une approche macro, intégrant une extrême diversité de paramètres.

Femme et homme start up Kayrros
Caroline Hanriot-Sauveur, directrice de l’agence innovation de la Caisse d’Epargne Rhône Alpes et Antoine Rostand, CEO de Kayrros.

C’est à ce défi que Kayrros répond. La start-up fondée en 2016 par cinq experts d’excellence, ayant fait précédemment leurs armes dans l’industrie, la finance ou l’informatique, compte aujourd’hui plus de cent cinquante collaborateurs d’une vingtaine de nationalités différentes, dont une majorité de docteurs en science.

Rencontre avec Antoine Rostand, cofondateur de Kayrros

Pour lire cette vidéo YouTube, vous devez accepter les cookies de la catégorie Réseaux Sociaux dont YouTube fait partie en cliquant ici.

En vidéo

La Start-up Kayrros, accompagnée par l’agence innovation de la Caisse d’Epargne Rhône Alpes.

 
Parmi ses clients, les plus gros acteurs de la gouvernance mondiale : dirigeants politiques, organisations supranationales, institutions financières privées et publiques, groupes d’assurance, ONG… La deeptech qui se positionne comme un « acteur clé de la décarbonation mondiale », selon les mots de son cofondateur Antoine Rostand, est en capacité de prévoir les flux de production, de stockage et de consommation de pétrole ou de gaz, de mesurer le niveau des barrages à l’échelle de tout un continent ou de suivre en direct les émissions de méthane sur toute la planète

Un tel niveau de technologie appelle nécessairement une solide stratégie de financement. Aussi, à l’amorçage, les fondateurs lèvent 2 millions d’euros grâce à leurs réseaux, avant de faire une série A de 9 millions d’euros en 2017. Dès 2018, Kayrros génère des revenus et fait appel au concours bancaire, tandis que l’entreprise prépare une série B de 21 millions d’euros

Le choix de la Caisse d’Epargne pour se faire accompagner ne doit rien au hasard : « Le dispositif Néo Business, unique dans le paysage bancaire, est animé par des experts qui ont une excellente capacité d’analyse des risques des start-up et qui ont les moyens de mettre en place des solutions de financement adaptées », souligne Antoine Rostand. Kayrros va ainsi bénéficier d’un Prêt innovation garanti par l’Europe : le FEI (Fonds Européen d’Investissement). 

L’activité de Kayrros a fait plus que jamais, après la crise du Covid et dans le contexte d’une urgence climatique, la démonstration de sa pertinence. Elle peut aujourd’hui se féliciter d’avoir devant elle de très prometteuses perspectives de développement. Le marché de l’analyse de données utiles à la prise de décision en matière de politiques liées à l’environnement est en  effet estimé à 100 milliards d’euros à l’horizon de dix ans

Chaque jour, chaque heure, à chaque instant, les satellites et autres engins spatiaux livrent un gigantesque volume de données, comme ceux des programmes de l’Agence spatiale européenne… Le grand enjeu est de pouvoir traiter cette masse d’informations afin de fournir des outils d’aide à la décision pour les organisations en charge de conduire des politiques d’envergure, à l’échelle planétaire. Comme par exemple, en matière d’environnement, un champ qui par définition ignore les frontières et demande une approche macro, intégrant une extrême diversité de paramètres.