Partez en vacances en voiture en toute sérénité

Si vous rejoignez votre lieu de vacances en voiture, prenez toutes les précautions pour vous et votre famille en préparant bien votre véhicule.

Prendre rendez-vous

La révision de la voiture : prenez un bon départ ! 

Un véhicule s’entretient toute l’année et pas seulement au moment de partir en vacances. Cet entretien suivi permet de réduire les coûts dans leur globalité.  

Il conviendra cependant d’effectuer quelques contrôles avant de prendre la route, surtout si votre véhicule ne roule pas souvent ou si vous vous apprêtez à parcourir une longue distance.  

Pensez à vérifier : 

  • les niveaux (huile, liquide de refroidissement, liquide de freins) ; 
  • l’état et la pression de vos pneumatiques ; 
  • le fonctionnement de vos feux et clignotants ; 
  • l’état de votre batterie 

Ces vérifications peuvent être effectuées à votre place par des professionnels qui proposent des forfaits à l’approche des périodes de vacances. 

Les documents obligatoires 

Pour conduire en toute légalité, vous devez être en mesure de présenter plusieurs documents administratifs en cas de contrôle, sous peine de contravention : 

  • votre permis de conduire
  • votre certificat d’immatriculation, communément appelé « carte grise » ; 
  • votre attestation d’assurance, correspondant au certificat d’assurance qui doit être apposé sur votre pare-brise ; 
  • votre vignette de contrôle technique, si votre véhicule a plus de 4 ans, qui doit également prendre place sur votre pare-brise ; 
  • le certificat de cession, si vous venez d’acquérir le véhicule. 

Facultatifs, la notice du véhicule et un constat amiable peuvent toutefois se révéler utiles. 

Les équipements obligatoires 

Plusieurs équipements liés à votre sécurité et celle des autres usagers doivent obligatoirement se trouver à bord de votre véhicule. Leur absence ou leur état défectueux peuvent constituer une infraction et vous valoir une contravention : 

  • le gilet de sécurité, de haute visibilité et homologué, doit se trouver à portée de main du conducteur pour être revêtu avant de sortir du véhicule, en cas d’urgence ; 
  • le triangle de signalisation de danger, homologué, doit être dans le véhicule pour être placé 30 mètres en amont en cas d’immobilisation ; 
  • des feux de rechange : votre véhicule doit obligatoirement être équipé de feux en bon état de fonctionnement. Vous devez donc disposer d’un jeu complet de rechange au cas où l’un d’eux fasse défaut ; 
  • une roue de secours et le matériel pour son installation au cas où vous endommageriez l’un de vos pneus (rouler avec un pneu défectueux vous expose à une amende pouvant aller jusqu’à 375 euros). 

Au-delà de cette liste, certains équipements sont conseillés pour répondre à toutes les situations : 

  • un extincteur à poudre, arrimé dans l’habitacle ou dans le coffre, qui doit être contrôlé chaque année et changé tous les 5 ans ; 
  • une lampe de poche qui vous permettra autant de voir que d’être vu en cas de panne ou d’accident la nuit ; 
  • quelques chiffons propres ; 
  • une trousse médicale pour pouvoir administrer les premiers soins ; 
  • les numéros importants : secours, assistance de votre assurance. À noter que le numéro d’urgence, depuis un portable, dans l’ensemble de l’Union Européenne est le 112. 

La sécurité des enfants dans l’habitacle 

Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire en France depuis le 1er juillet 1973 à l’avant et depuis le 1er octobre 1990 à l’arrière. Si elle sauve de nombreuses vies d’adultes chaque année, cette obligation doit s’accompagner pour les enfants d’une attention accrue : leur jeune âge et leur morphologie créent des risques particuliers. 

Ainsi, l’utilisation d’un dispositif adapté est obligatoire jusqu’à l’âge de 10 ans ou jusqu’à ce que la taille de l’enfant lui permette d’utiliser la ceinture de sécurité (entre 1,35 m et 1,50 m).  

Pour les plus petits, le siège auto s’impose et doit être bien utilisé, en suivant scrupuleusement les instructions de la notice du dispositif de retenue établie par le fabricant.  

Dans certains cas, il est possible de placer l’enfant à l’avant en l’attachant correctement dans son dispositif de retenue et en reculant le siège au maximum : 

  • si le véhicule ne possède pas de banquette arrière ; 
  • si les sièges arrière ne sont pas équipés de ceinture de sécurité ; 
  • s’ils sont momentanément inutilisables ; 
  • si toutes les places arrière sont occupées par des enfants de moins de 10 ans attachés. 

Pour les enfants plus grands, les erreurs à ne pas commettre sont les suivantes : 

  • ne jamais faire passer la ceinture derrière ou sous le bras de l’enfant : elle devient alors totalement inefficace et ne retient plus l’enfant en cas de choc ou de coup de frein brusque ; 
  • ne jamais laisser une ceinture vrillée ; 
  • ne jamais transporter un bébé sur les genoux d’un adulte ; 
  • ne jamais utiliser une ceinture pour deux ; 
  • ne jamais laisser une ceinture sur le cou de l’enfant : en cas de choc, elle risquerait de le blesser. Tant que la ceinture ne passe pas correctement sur son épaule, l’enfant a besoin d’un rehausseur ; 
  • un porte-bébé ventral ou une écharpe de portage n’offrent aucune protection : ces accessoires ne sont ni homologués ni assez résistants pour retenir un enfant. 

Enfin, certaines précautions méritent d’être prises

  • enclenchez le loquet de sécurité situé dans la portière (sécurité enfant), cela évite aux petits curieux de jouer avec l’ouverture des portes ; 
  • fermez les vitres pour éviter que les enfants ne laissent dépasser leur bras ; 
  • ôtez tout objet de la plage arrière : en cas de freinage ou de choc, ils deviennent de redoutables projectiles ; 
  • habituez votre enfant à descendre systématiquement du côté du trottoir ou sur les accotements. 

Assurance Auto

En savoir plus

Caisse d'Epargne

Choisir sa région

Prendre rendez-vous en ligne

En agence ou par téléphone à l'horaire de votre choix

Prendre rendez-vous
Vous pourriez aussi être intéressé par

Document à caractère publicitaire

Thématiques similaires