Un accompagnement dédié pour s'exporter à l'international avec succès

Accompagner les entreprises sur la totalité du cycle, du projet à l’export

Un entretien avec Elodie Secq, ingénieur international à la Caisse d’Epargne Hauts de France (CEHDF)

Quel est votre périmètre d’intervention ?

Nous couvrons la région Hauts de France et la Belgique. Notre dispositif comprend huit centres d’affaires multimarchés, basés à Amiens, Beauvais, Compiègne, Dunkerque, Lens, Lille, Saint-Quentin et Valenciennes  ; et une succursale Grands Comptes à Bruxelles. C’est un territoire très actif à l’international. Les exportations françaises ont progressé de 6,1 % pendant le premier semestre de 2019 et les entreprises des Hauts de France s’inscrivent pleinement dans cette dynamique grâce à une offre sectorielle variée (agroalimentaire, biens d’équipement, textile, services, etc.). De plus, la région bénéficie d’une excellente situation géographique en Europe.

 

Comment accompagnez-vous les entreprises ?

Nous proposons aux entreprises une gamme complète de produits et de services : émission de garanties, préfinancement export, sécurisation des opérations internationales, couverture du risque de change, etc. Nous prenons appui sur notre groupe BPCE, deuxième groupe bancaire français, et sa filiale Natixis qui dispose d’une importante présence internationale. Nos chargés d’affaires ont également une mission de conseil  : informations sur les risques ou les différents outils financiers, conseils pratiques, assistance dans le montage d’opérations, etc. En définitive, nous accompagnons les entreprises sur la totalité du cycle du projet à l’export.

 

Pouvez-vous nous donner des exemples ?

On constate actuellement que le risque pays a tendance à prendre le pas sur le risque client. Le crédit documentaire confirmé apporte à l’entreprise exportatrice une sécurisation complète puisque c’est la banque confirmatrice qui assume le risque pays. L’entreprise a l’assurance d’obtenir le paiement de l’opération concernée. De même, la couverture du risque de change apporte une garantie complète quant à la valeur en euros des encaissements.

 

Quels sont vos atouts ?

Pour bien accompagner, il faut bien connaître. Nos chargés d’affaires ont des contacts réguliers avec nos clients ainsi qu’avec les intervenants institutionnels ou privés du commerce extérieur.
Grâce à l’ancrage local, nous pouvons proposer les outils et les solutions les mieux adaptés à la situation de chaque entreprise.

Un entretien avec Jocelyn Rifflart, gérant de Jocelyn Rifflart SARL

Pouvez-vous vous présenter ?

Après avoir travaillé comme acheteur de lin dans plusieurs sociétés, j’ai fondé en 2016 une société de négoce. J’achète du lin textile à des producteurs locaux, dont j’ai préalablement sélectionné la qualité, et je le vends à des filatures installées en République populaire de Chine (RPC). Il faut savoir que 80 % du lin textile dans le monde est cultivé dans une zone comprise entre Caen et Amsterdam. L’activité de la société enregistre une forte croissance : j’ai exporté 4 000 tonnes en 2018 et ce volume devrait progresser de 50 % cette année.

 

Quelles sont les solutions proposées par la Caisse d’Epargne Hauts de France (CEHDF) ?

J’utilise le crédit documentaire, confirmé ou pas, pour mes transactions avec la Chine,  qui représentent la totalité de mon chiffre d’affaires. C’est un outil évident de sécurisation mais je bénéficie également de l’escompte de créances qui permet de compenser le décalage entre le délai de règlement de mes ventes (90 jours après la date d’embarquement) et le délai de paiement à mes fournisseurs (60 jours). Surtout, l’engagement de la Caisse d’Epargne  n’a cessé d’augmenter en fonction de la progression très rapide de mes ventes.  Comme par ailleurs l’essentiel de mes exportations est facturé en dollars, j’ai recours à des couvertures pour me prémunir des fluctuations du taux de change. Je contacte régulièrement mon interlocuteur à la Trésorerie de la CEHDF et transmets directement mes demandes. 

 

Quelle appréciation portez-vous sur cet appui ?

Lorsque j’ai créé ma société, j’ai eu immédiatement besoin d’un soutien bancaire puisque mon chiffre d’affaires est réalisé exclusivement à l’exportation. J’étais un inconnu et pourtant
les responsables dédiés sur la filière internationale m’ont fait confiance dès le départ. Ils m’ont expliqué la technique du crédit documentaire et ont répondu à toutes mes
interrogations. Par ailleurs, la CEHDF s’occupe de vérifier les différents documents associés au crédit documentaire : c’est un aspect important car une erreur, aussi minime soit-elle, peut bloquer une opération. En matière de couverture du risque de change, j’ai l’assurance de pouvoir disposer de l’appui dont j’ai besoin. C’est un dispositif simple et efficace. En définitive, grâce à la Caisse d’Epargne, je dispose d’une sécurité complète du point de vue financier et je peux ainsi me concentrer sur mon métier.

Contactez-nous

Prendre un rendez-vous

Pour prendre un rendez-vous, remplissez ce formulaire