Les réseaux spécialisés

Les réseaux d’accompagnement spécialisés qui répondent plus précisément aux besoins de certains profils d’entrepreneurs ou de certains types d’activité.

À côté des réseaux généralistes, il existe des réseaux d’accompagnement spécialisés qui répondent plus précisément aux besoins de certains profils d’entrepreneurs ou de certains types d’activité.

On distingue 3 grandes familles de réseaux spécialisés :

1. Les réseaux d’accompagnement à entrepreneuriat des femmes

Le double constat d’une sous-représentation des femmes parmi les créateurs (36% selon l’INSEE) et de leur relative surreprésentation (39%) à la tête de micro-entreprises et entreprises individuelles plaide pour la nécessité de leur proposer un accompagnement spécifique.

Les grands réseaux généralistes, comme Initiative France et France Active, ont des programmes dédiés à l’entrepreneuriat féminin et distribuent la Garantie Égalité Femmes.
Les chambres de commerce, d’industrie et d’agricultures ont particulièrement mobilisées pour accompagner les créateurs et repreneurs, avec des objectifs précis et ambitieux en matière d’entrepreneuriat des femmes. À leurs côtés, des réseaux dédiés aux créatrices œuvrent à un meilleur équilibre des genres dans le paysage de l’entrepreneuriat :

L’engagement de la Caisse d’Epargne en faveur de entrepreneuriat des femmes

Toute première banque à avoir permis aux femmes, via le livret d’épargne, de disposer librement de leurs revenus et de leurs moyens de financement, 84 ans avant la reconnaissance par la loi de ce droit fondamental, la Caisse d’Epargne est activement engagée en faveur de l’entrepreneuriat des femmes.

Elle est signataire du premier accord-cadre avec l’État destiné à renforcer la part des femmes parmi les entrepreneurs et à soutenir le développement des entreprises fondées par des femmes.

Cet accord prévoit :

  • l’élaboration de plans d’actions régionaux en faveur de l’entrepreneuriat des femmes ;
  • l’accompagnement à la création/reprise d’entreprises par des femmes,
  • le développement d’outils financiers adaptés, dans le respect des principes de non-discrimination ;
  • une attention particulière portée aux territoires fragiles et aux publics jeunes ;
  • des actions de communication, formation et sensibilisation pour valoriser l’entrepreneuriat féminin.

La Caisse d’Epargne concrétise ces engagements à travers de nombreuses initiatives : plans d’actions régionaux construits et déployés en partenariat avec les acteurs locaux de la dynamisation des territoires, constitution d’un réseau de référents entrepreneuriat féminin dans les Caisses, soutien aux réseaux d’accompagnement, prêt Décollage Pro à taux zéro (non réservé aux femmes, mais avec des objectifs chiffrés de distribution à des créatrices), participation à de nombreux événements, partenariats, Programme #FemmesDeTalent, mise en valeur de rôles modèles à travers la web- série « Elles ont osé »…

Les Premières

Lancé en 2005 sous le nom des Pionnières, le réseau des Premières s’est repositionné en 2017 avec un nouveau nom et une nouvelle ambition : accompagner les entreprises innovantes créées par des femmes ou des équipes mixtes.

Adossées à une dizaine d’incubateurs implantés en France métropolitaine et dans l’Outre-mer, ainsi qu’au Luxembourg, les antennes locales ou régionales des Premières pro- posent un programme complet d’accompagnement en 3 étapes clés : la définition du projet, le prototypage de l’entreprise et le renforcement des compétences de chef d’entreprise innovante.

Actions’Elles

Action’Elles est une association fondée à Lyon qui s’est déployée à Paris et en Nouvelle-Aquitaine.

Elle offre aux entrepreneures un programme d’accompagnement et de formation destiné aux porteuses de projet ainsi qu’aux femmes chefs d’entreprise.

La spécificité de ce réseau, c’est sa structuration sectorielle : l’entrepreneure reçoit un accompagnement adapté à l’univers-métier dans lequel elle s’inscrit (commerce, services à la personne, culture, immobilier, communication, finance/juridique, textile/mode, restauration…).

Force Femmes

Créé en 2005, le réseau Force Femmes agit pour l’emploi et l’entrepreneuriat des femmes de plus de 45 ans.

Fort d’une douzaine d’antennes sur le territoire français animées par 800 bénévoles, le réseau a déjà accompagné 24 000 créations d’entreprises et témoigne d’un taux de réinsertion de 48 % de femmes ayant été plus ou moins durablement éloignées de l’emploi.

Force Femmes propose gratuitement à toutes les créatrices, quels que soient leur âge et leur situation, le MOOC Ma Boîte.

2. Les structures d’accompagnement dédiées aux start-up et entreprises innovantes

Les start-up et entreprises innovantes bénéficient de dispositifs spécifiques dans les réseaux généralistes tels le Programme Innov du Réseau Entreprendre ou les plates-formes spécialisées d’Initiative France en régions. 

Ces entreprises d’avenir ont aussi des structures d’accompagnement dédiées comme le réseau des instituts Carnot constitué en agences régionales d’Innovation et tout un maillage de technopôles et incubateurs (Station F, Agoranov, réseau Numa, réseau Paris&co, Paris-Tech Entrepreneurs, 42Valley, SchoolLab, TechStars, 50 Partners, Ionis 361, Euratechnologies à Lille, Semia en Alsace, BoostInLyon en Rhône-Alpes, Nubbo à Toulouse, 33Entrepreneurs dans le borde- lais, Wilco à Paris et en Île-de-France…).

Sont également à compter parmi les acteurs de l’accompagnement aux entreprises innovantes, les pôles de compétitivité, définis par la loi de finance de 2005 comme des regroupements territoriaux d’entre- prises, d’établissements d’enseignement supérieur et d’organismes de recherche publics ou privés travaillant en synergie pour mettre en œuvre des projets d’innovation profitables au développement économique. Ces « clusters » thématiques, parmi lesquels on peut citer Aerospace Valley en Occitanie-Aquitaine sur les activités aéronautiques et spatiales, Aquimer dans les Hauts-de-France sur les activités liées à la pêche, Cap Digital en Île-de-France pour toutes les activités en lien avec la création numérique, LyonBioPôle en Rhône-Alpes pour les industries médicales et pharmaceutiques, etc., bénéficient de diverses aides publiques : exonérations fiscales et allègements de charges, crédits d’intervention, apports de fonds pour la recherche, financements par les collectivités locales. Souvent initiés par de grands groupes, ces pôles de compétitivité sont particulièrement accueillants pour les start-up et autres jeunes entreprises, dont la culture d’agilité propice à l’innovation et à la rapidité de mise en œuvre des projets est un carburant appréciable pour la transformation du paysage industriel traditionnel. Apportant leur dynamisme et leur créativité, les start-up intégrant les pôles de compétitivité bénéficient de la robustesse et du pouvoir d’influence des structures partenaires pour faciliter leurs opérations financières et accélérer leur industrialisation.

Citons encore les SATT (Société d’accélération du transfert des technologies), acteurs du transfert de technologies dans les territoires, qui font le pont entre la recherche fondamentale et les entre- preneurs, afin de faciliter l’implémentation des technologies de pointe dans l’économie.

3. Les réseaux de l’économie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire, en pleine expansion, est au cœur du projet stratégique de France Active, « le mouvement des entrepreneurs engagés ». Elle fait également l’objet d’une attention toute particulière des autres réseaux généralistes ainsi que des réseaux d’accompagnement à l’entrepreneuriat féminin.

L’AVISE (avise.org), portail du développement de l’économie so- ciale et solidaire, recense l’ensemble des réseaux et incubateurs qui accompagnent la création et le développement d’entreprises dans   ce secteur. Parmi ceux-là, on peut citer la Ruche et le Mouves (et leurs programmes visant spécifiquement l’entrepreneuriat féminin dans l’ESS : respectivement Les Ambitieuses et Lead’Her), Hubess, MakeSense, Antropia ESSEC, Alter’Incub en région Occitanie, ATIS à Bordeaux, Catalis en Midi-Pyrénées, Réalis en Languedoc-Roussillon…

L’engagement de la Caisse d’Epargne en faveur des acteurs de l’économie sociale et solidaire

Avec plus de 200 000 clients dont 20 000 structures employeuses, la Caisse d’Epargne est un financeur privé de 1er plan. La Caisse d’Epargne est très investie dans l’écosystème avec des réseaux incontournables comme : France Active, le Mouves, la Ruche, Nexem, FEHAP, AVISE, le fonds Novess…

Vous pourriez aussi être intéressé par
  • Guide du financement d’entreprise

    Le Guide du Routard du Financement d’Entreprise est le guide indispensable au créateur d’entreprise. Il contient une mine d’informations utiles et de conseils pratiques.

  • Fiches profils du financement

    Vous êtes une femme entrepreneure, un demandeur d’emploi qui a un projet d’entreprise, un étudiant créateur, un start-upper en herbe, vous vous lancez dans l’Économie Sociale et Solidaire ? Rendez-vous sur la fiche qui vous concerne pour savoir en un coup d’œil ce qui a été pensé pour vous.

Retour au sommaire

Thématiques similaires