Le compte courant

Découvrir les différents comptes courants de la Caisse d'Epargne

La banque au quotidien, c’est tout ce qui permet de gérer les flux financiers de la structure professionnelle. Ça commence par l’ouverture d’un compte, avec la mise à disposition de moyens de paiement et de solutions pour les opérations bancaires courantes. 

Le compte courant d’entreprise

Le compte courant d’entreprise s’ouvre auprès d’un conseiller bancaire dédié. Celui-ci sera ensuite le premier interlocuteur de l’entrepreneur dans chacune de ses démarches et se chargera, au besoin, de faire la mise en relation avec d’autres experts financiers (par exemple l’assureur, l’opérateur de leasing, les spécialistes de l’épargne et du patrimoine, le « factor »…). 

Les conseillers professionnels sont généralistes, mais certaines structures, comme les exploitations en agriculture/viticulture, les entreprises innovantes, les entreprises de l’économie sociale et solidaire ou les associations, peuvent être suivies par des conseillers spécialisés qui témoignent d’une connaissance pointue de leur écosystème et de leurs besoins. 

Le compte courant d’entreprise donne accès aux moyens de paiement (carte bancaire, chéquier) et à un espace en ligne depuis lequel l’entrepreneur peut suivre ses flux financiers et effectuer un certain nombre d’opérations 24h/24, 7j./7. 

Le compte courant d’associés

On appelle compte courant d’associés le compte ouvert par l’entreprise aux actionnaires et détenteurs de parts (au moins 5 %) d’une SARL ou d’une société par action. Ce compte permet à ces personnes de verser à l’entreprise une avance de fonds (en numéraire ou sous forme de renonciation aux salaires et dividendes). C’est une alternative à l’apport au capital de l’entreprise, qui ne demande pas de modification des statuts et a pour avantage de produire des intérêts sur les versements effectués, lesquels entrent, avec les fonds avancés, au passif de la société et sont donc déductibles de son bénéfice imposable (sous certaines conditions). 

Le compte courant d’associés n’est pas un panier de dons ! C’est une créance de l’entreprise à l’égard des personnes physiques ou morales qui ont procédé à des avances de fonds. Mais les modalités de remboursement sont souples. Il est néanmoins recommandé de les préciser dans une convention ou un pacte d’associés. 

Les fonds du compte courant d’associés peuvent être bloqués pendant une durée déterminée (exemple : un banquier qui ne souhaite pas que le compte courant soit remboursé avant son propre prêt) : les actionnaires prêteurs s’engagent à ne pas réclamer le remboursement avant l’échéance fixée. Ce blocage s’effectue souvent à la demande de la banque pour garantir un emprunt. 

Pourquoi faire un « pacte d’associés » ? 

Le pacte d’associés est une convention extrastatutaire (non déposée au greffe du tribunal de commerce) signée entre les actionnaires d’une société. 

Cette convention précise : 

  • les conditions dans lesquelles des mouvements de titres peuvent s’opérer (par exemple, les dispositions applicables au compte courant associé et/ou une clause de préemption obligeant un actionnaire désireux de céder ses titres à les proposer en priorité aux autres signataires du pacte et/ou une clause de plafonnement limitant la possibilité pour un actionnaire d’acquérir des titres au-delà d’une certaine proportion du capital) ; 
  • les règles de gouvernance et de gérance (par exemple, règles de nomination d’un dirigeant, obligations d’information entre les actionnaires sur les activités de la société et les événements impactant son cycle d’exploitation, ses projets de développement et/ou sa situation financière) ; 
  • les conditions de sortie d’un associé ou de rupture du pacte. 

Rédigé avec l’appui d’un conseil, le pacte d’associés est souhaitable pour mettre en place, dès le départ, des relations saines entre associés, et surtout pour protéger l’entreprise en cas de conflit. 

Le compte excédent

À l’ouverture d’un compte courant professionnel, on procède généralement en même temps à celle d’un compte excédent. Il s’agit d’un compte rémunéré à taux fixe, produisant des intérêts journaliers, sur lequel l’entrepreneur va pouvoir créditer ses excédents de trésorerie.  

Il pourra ensuite faire des retraits à tout moment pour régler n’importe quelle dépense de l’entreprise. 

Le compte excédent, sûr et très souple, est une solution idéale pour gérer les écarts positifs entre encaissements et décaissements. Ce n’est pas exclusif d’autres placements que l’entreprise peut faire pour faire fructifier ses excédents de trésorerie : compte à terme à taux fixe progressif, OPC à moyen-long terme, Organismes de Placement Collectif ISR (placements éthiques), etc. 

groupe personne se serrant la main

Découvrir nos fiches profils du financement

Vous êtes une femme entrepreneure, un demandeur d’emploi avec un projet d’entreprise, un étudiant créateur ou un startuper en herbe ? Rendez-vous sur la fiche qui correspond à votre profil pour découvrir en un coup d’œil les mesures imaginées pour vous*.

*Sous réserve de la règlementation en vigueur. Mise à jour effectuée en décembre 2023.