conseiller lunette discussion
conseiller lunette discussion

Un partenariat bancaire qui mise sur le relationnel avec les libéraux de santé

Les experts de la Caisse d’Epargne accompagnent les professionnels de santé libéraux dans leur activité, la sécurisation et le placement de leurs revenus.

À trente ans, le Docteur Hussein El Maghrabi, chirurgien diplômé de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, quitte l’hôpital pour ouvrir son cabinet à Toulouse. Une étape qui nécessite d’être accompagné et surtout soutenu financièrement, c’est à ce moment-là que la Caisse d’Epargne accepte de lui octroyer un crédit. Depuis, c’est Fatima El Amin, Chargée d’affaires professionnelles à la Caisse d’Epargne Midi Pyrénées, qui l’accompagne dans le développement de son cabinet, ainsi que dans la sécurisation et le placement de ses revenus.

Ils en parlent

« La qualité de ce partenariat bancaire, c’est le relationnel,

qui est aussi au cœur de notre profession de médecin. »

Un médecin qui osculte un enfant un

À quelles difficultés vous êtes-vous heurté au moment de vous lancer en libéral ?

Docteur Hussein El Maghrabi : M’installer en libéral dès la fin de mon internat me semblait naturel, cependant, je me suis heurté à de nombreuses difficultés compte tenu de mon jeune âge et de mon absence d’apport personnel ; je viens d’une famille modeste. J’avais besoin d’un crédit pour acheter un local mais, quittant l’hôpital, je n’avais pas de revenus fixes ni de bilan à présenter. Aucune banque n’a voulu me suivre, jusqu’à la Caisse d’Epargne, qui a décidé de me faire confiance.

Fatima El Amin, Chargée d’affaires professionnelles à la Caisse d’Epargne : Nous savons que c’est un changement de vie important de passer du salariat au libéral, c’est pour cette raison que nous aimons accompagner les médecins dès leur installation, comme nous l’avons fait avec le Dr El Maghrabi. Avec la relation de confiance que nous établissons dès cette étape, nous pouvons mieux les conseiller par la suite et les accompagner sur le long terme tant sur leurs projets professionnels que personnels.

Poignée de main entre une femme et un homme

Justement, passée l’installation, en quoi consiste votre accompagnement ?

Fatima El Amin : Au-delà du financement du cabinet, nous devons épauler notre client dans ses choix et l’aider dans la gestion de son quotidien. Nous allons, par exemple, pouvoir proposer des solutions adaptées pour l’encaissement des honoraires, apporter des conseils dans le choix des assurances de ses locaux ou encore proposer des solutions pour fidéliser ses collaborateurs. Et ensuite, ce qui est essentiel pour moi, c’est le soutien qu’on va pouvoir leur apporter, c’est-à-dire être présent dans les bons moments comme dans les moins bons.

Docteur Hussein El Maghrabi : Depuis près de quinze ans, la Caisse d’Epargne me suit dans tous mes projets, avec une confiance inestimable. Madame El Amin est à mes côtés dans les phases de développement : typiquement je la sollicite en ce moment, pour le rachat de parts d’une clinique privée. Mais aussi dans les moments de crise. La chirurgie esthétique n’est pas de la médecine prioritaire et mon activité s’est arrêtée pendant le confinement. Dans ce contexte si particulier, elle m’a d’abord rassuré puis m’a présenté toutes les alternatives dont je disposais, comme par exemple l’opportunité de souscrire un prêt garanti par l’État ou de reporter mes échéances de prêt.

Ça c’est pour l’activité professionnelle, et sur le plan personnel ?

Docteur Hussein El Maghrabi :
Justement c’est un point important. Madame El Amin s’occupe aussi de la gestion de mon patrimoine financier et de celui de ma famille. C’est elle qui me suit dans mon projet de diversification en investissant dans l’immobilier par exemple. J’ai donc une seule interlocutrice pour mes projets professionnels et personnels. C’est un gain de temps et ça simplifie les démarches au quotidien.

Fatima El Amin :
Effectivement, le fait d’avoir cette vision globale des sphères privées et professionnelles est apprécié par nos clients professionnels qui ont eux-mêmes déjà beaucoup à gérer.

Un médecin qui osculte une personne agée

En tant que médecin, qu’attendez-vous de votre banque ?

Docteur Hussein El Maghrabi :
Qu’elle me connaisse aussi bien que mon médecin de famille.
À la Caisse d’Epargne, j’ai eu la même interlocutrice pendant des années, et chaque changement a donné lieu à une passation très suivie. J’apprécie aussi la technicité de mes interlocuteurs et de leurs conseils.
Bref, ce ne sont pas tant les tarifs ou les conditions qui font la qualité de ce partenariat, mais bien le relationnel.
Ce relationnel qui est aussi au cœur de notre profession de médecin.

Caisse d'Epargne

Changer de Caisse d’Epargne

Contactez un conseiller Professionnels

Contactez directement un conseiller en complétant le formulaire ci-dessous.

Accéder au formulaire
Vous pourriez également être intéressé par

Communication à caractère publicitaire et sans valeur contractuelle

Crédit photos : Gettyimages