Femme qui parle a un homme

Anticipation de la retraite et médecine libérale : un réflexe qui doit s’inscrire dans la durée

Les experts de la Caisse d’Epargne accompagnent les médecins libéraux dans la préparation de leurs futures retraites.

Ils en parlent

professionnel de santé avec les enfants

Se préparer tout au long de sa carrière

Avec un âge moyen de départ à la retraite de 67 ans, les médecins
libéraux ont une carrière longue… qui ne leur garantit pas pour
autant une retraite conséquente. Pour éviter les déconvenues
une fois venue le moment de quitter leur cabinet, mieux vaut
se constituer une source de revenus complémentaire.
Une démarche qui se construit tout au long de la carrière.

« L’un de mes clients médecin généraliste est parti à la retraite sans
reprise de sa patientèle »,
observe Pierre Bayon, chargé d’affaires
gestion privée à la Caisse d’Epargne, depuis son agence dans la région
nantaise. Une situation qui est loin d’être une exception, et qui prive
les médecins libéraux d’un capital auparavant souvent destiné à leur
retraite. « Les praticiens sont de plus en plus sensibilisés à la question du
financement de leur retraite. Mais leur profession est prenante
et les contraintes financières et administratives liées à leur activité
en exercice libéral ou mixte les empêchent parfois de penser à leur propre
avenir »
, poursuit Pierre Bayon.

consultation patient chez un p^rofessionnel de santé ophtalmologique

Anticiper, le maître mot

Des études longues, des changements de spécialité ou de statut,
des investissements immobiliers et matériels pour exercer dans de
bonnes conditions : les préoccupations des médecins sont nombreuses.
« Pourtant, ce n’est pas parce qu’un médecin peut voir ses revenus
fluctuer ou qu’il investit à titre professionnel qu’il ne peut pas
épargner pour sa retraite », martèle Pierre Bayon. « Nous allons
chercher la solution adaptée à leur situation au global, prenant
en compte leur sphère professionnelle et personnelle. »

Et des solutions, justement, il y en a. Contrairement aux idées
reçues, il est possible de débuter une épargne retraite dès
le début de la vie active, notamment grâce à des produits
d’investissement accessibles à partir de quelques dizaines
d’euros par mois.

médecin kiné

Les solutions

« Il n’y a pas de produit miracle, mais les médecins peuvent profiter de solutions différentes en fonction de leurs projets, de leur âge et de leur capacité d’épargne », confirme Pierre Bayon.

  • En début de carrière, il conseille de se tourner vers l’investissement immobilier, notamment assorti d’un dispositif fiscalement avantageux.
  • En cours de carrière, place à l’assurance vie, qui a le double avantage d’épargner en vue de la retraite et de financer d’autres projets de vie.
  • Avec l’âge peut s’ouvrir une réflexion sur les SCPI en nue-propriété, qui offrent des possibilités d’investissement n’alourdissant pas la fiscalité.

Sans oublier le potentiel de l’épargne salariale, dès lors que le médecin a un salarié, « pas besoin donc d’être au sommet de sa carrière pour débuter une stratégie d’épargne en vue de sa retraite, bien au contraire. »

vétérinaire

L’accompagnement, la clé

Par ailleurs, le statut libéral permet de jouer sur différents leviers. Les patrimoines personnel et professionnel sont bien souvent entremêlés, offrant au professionnel la possibilité d’agir durant sa vie active sur la structuration de son activité, l’achat ou non des murs, le montant du salaire versé… Des décisions cruciales ayant des conséquences sur le montant de la retraite.

« Et quand il s’agit de préparer la retraite par un investissement financé sur la structure professionnelle, d’accompagner le client dans son projet de regroupement ou un changement de statut pour favoriser aussi la transmission sous forme de part, je m’appuie sur l’expertise pro de mon agence », ajoute Pierre Bayon.

Autant d’expertises que le conseiller peut aller chercher au sein du Groupe BPCE. « Nous agissons dans l’intérêt professionnel et personnel des médecins, mais aussi de leur famille, que nous accompagnons. Parce que l’on sait bien qu’après la question de la retraite, c’est aussi celle de la transmission qui les occupera », conclut Pierre Bayon. 

Le conseil de Pierre Bayon, médecin généraliste

Caisse d'Epargne

Changer de Caisse d’Epargne

Contacter un expert

Contactez directement un expert en complétant le formulaire ci-dessous.

Accéder au formulaire
Vous pourriez également être intéressé par

Communication à caractère publicitaire et sans valeur contractuelle.

*Source : Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation des Statistiques (Drees)

Crédits photos : Getty Images