Financements court terme : sécurisez votre trésorerie

Tour d’horizon des solutions de financement dit « court terme »

Quelques factures en retard suffisent à déséquilibrer une trésorerie.

Voici quelques conseils pour y remédier.

Contactez votre banquier

En premier lieu, la Caisse d’Epargne recommande au professionnel de prendre rendez-vous avec son conseiller ; d’anticiper afin de lui faire part des difficultés rencontrées et d’envisager avec lui la mise en place d’une ligne de découvert de trois à douze mois(1).

Optez pour l’escompte

Les professionnels payés par traites ou LCR (« lettre de change relevé ») peuvent opter pour une ligne d’escompte. L'escompte est l'avance consentie par une banque sur un effet de commerce dans l’attente de son encaissement moyennant la perception d’intérêts et le cas échéant de commissions.
Ainsi, la banque crédite immédiatement le compte de son client, sans attendre l’échéance de l’effet.

La Caisse d’Epargne avance immédiatement aux professionnels les fonds qui, autrement, ne leur seraient payés qu’au terme des 30 à 40 jours date de l’échéance. Le bénéfice est double : non seulement la trésorerie du professionnel ne se dégrade pas, mais, en plus, il évite la perception par de frais liés à des incidents de paiement sur son compte.

Cédez votre créance à votre banque

Les professionnels qui travaillent notamment avec les collectivités peuvent, par ailleurs, recourir à une cession de créance professionnelle pour leurs marchés publics. La Caisse d’Epargne avance les fonds de la créance cédée moyennant la perception d’intérêts, accompagnée de l’exemplaire unique du marché ou du certificat de cessibilité.

L’affacturage : bien plus que du financement

Les entreprises ne doivent pas hésiter à recourir à l’affacturage(1) : une solution de financement tout à fait accessible aux TPE (très petites entreprises), qui peut comprendre également la garantie de paiement et le recouvrement des factures clients. Il s’agit d’obtenir un financement anticipé de vos créances pour vous assurer une trésorerie plus souple et sécurisée, sans contrainte de renouvellement de ligne court terme.

Externalisée auprès de Natixis Factor(2), filiale du groupe BPCE, la gestion du poste clients s’avère plus efficace… et les relances rapidement efficientes ! Le factor – affactureur – avance immédiatement (sous 48 heures maximum) les fonds au professionnel et se retourne vers le client, dans les délais établis, pour en obtenir le paiement. C’est particulièrement utile en cas de besoin de trésorerie ou dans un contexte de développement commercial très rapide (augmentation des charges…).

La Caisse d’Epargne propose d’ailleurs quatre produits phares dans ce domaine : FACTUREA PRO OPTIMAL, produit forfaitaire qui fonctionne avec moins de 10 K€ de chiffre d’affaires mensuel confié pour des besoins réguliers, ou FACTUREA PRO TEMPO pour des besoins plus ponctuels. Egalement, FACTUREA CREATION, qui s’adresse aux sociétés en création, ainsi que FACTUREA PRO SITU pour financer les situations de travaux dans le bâtiment.

Les bénéfices de l’affacturage sont nombreux pour l’entrepreneur : financement des créances, garantie contre les impayés, relance et recouvrement, possibilité de suivi et gestion de ses comptes clients en temps réel via un site Internet.

L’effet de commerce : pour un encaissement à échéance

L’effet de commerce tient lieu de « reconnaissance de dette » avec une date d’encaissement lointaine. L’entreprise reçoit cette reconnaissance de dette pour paiement, et la banque crédite le compte à la date d’échéance indiquée.

La cession de créance « Dailly »

Cette solution de cession de créances, du nom du sénateur à l’origine de cette loi, permet à la banque de devenir propriétaire de factures émises par l’entreprise. En échange, elle crédite immédiatement le compte de celle-ci de la somme concernée moyennant la perception d’intérêts. La durée de cette avance est fonction de la date de paiement prévue par les factures et est variable, d’un mois à un an environ. Elle permet donc à l’entreprise de reconstituer sa trésorerie face à la rentrée tardive des encaissements clients.

Caution bancaire : se prémunir de la retenue de garantie

Cette caution est particulièrement pertinente pour les entreprises du bâtiment, auprès desquelles les maîtres d’ouvrage exigent une retenue de garantie allant jusqu’à 5 % du montant des travaux engagés. À la place de cette retenue de garantie, les artisans peuvent fournir une caution bancaire, ce qui leur évite de supporter des problèmes de trésorerie. Avec la caution bancaire, la retenue de garantie n’est pas appliquée.  Les artisans peuvent faire une demande de caution via  le site caution-artisan-du-batiment.com (3).

(1) Sous réserve d’acceptation de votre dossier par la Caisse d’Epargns
(2) Caisse d’Epargne FACTUREA, offre de services de Natixis Factor, propose une gamme de produits dédiée à la gestion des créances clients.
(3) Compagnie Européenne de Garanties et Cautions, Groupe BPCE. 
128, rue La Boétie – 75378 Paris Cedex 08 France 
Société anonyme au capital de 160 995 996 € 
Entreprise régie par le Code des Assurances 
382 506 079 RCS Paris B – APE 6512 Z 
TVA : FR 043 825 060 79

Contactez-nous

Prendre un rendez-vous

Pour prendre un rendez-vous, remplissez ce formulaire