Le Prêt Transition Agri-Viti : une opportunité unique pour les exploitations viticoles

Le Prêt Transition Agri-Viti : une opportunité unique pour les exploitations viticoles

Rencontre avec Céline Guionnet, Chargée d’affaires Banque des Viticulteurs à la Caisse d’Epargne Rhône Alpes. 

Quels sont les grands enjeux actuels de transformation auxquels sont confrontés les viticulteurs ?

Il y a d’abord la question environnementale, encadrée par de nouvelles règlementations.
Les viticulteurs sont appelés à réduire l’empreinte carbone de leur activité, en abaissant, voire en supprimant l’usage de produits phytosanitaires, à œuvrer à la limitation du ruissellement, etc.

Il y a ensuite des enjeux liés au numérique.
Beaucoup de viticulteurs ont aujourd’hui un site vitrine, un logiciel de gestion de l’activité, parfois un site marchand. Mais on observe une tendance forte chez les amateurs de vin à une connaissance de plus en plus précise de l’œnologie, à la faveur du succès des applis de scans d’étiquette, de conseils d’accords mets-vin ou d’objets connectés dédiés à la conservation du vin. Ainsi, qu’ils vendent à la grande distribution, aux négociants ou aux coopératives, les viticulteurs ont une nouvelle carte à jouer en valorisant leurs produits, le conseil, la vente en direct ou en click & collect via ces nouveaux canaux.

Troisième enjeu : le financement.
Les terres viticoles ont un prix, même si, bien sûr, cela dépend des régions, des domaines, des appellations. Ensuite, l’activité est en soi gourmande en investissements… Sachant que le retour sur investissement peut prendre plusieurs années. Au-delà des équipements traditionnels dont le viticulteur doit se doter, des solutions innovantes émergent pour organiser et piloter l’activité. Les viticulteurs ont besoin d’être accompagnés par des acteurs du financement très au fait de ces problématiques pour faire les bons choix et adopter des stratégies de financement adaptées.

Quatrième enjeu : la diversification de l’activité, en lien notamment avec l’œnotourisme qui connaît un vrai succès.
Les viticulteurs ouvrent des chambres d’hôtes, proposent des parcours de découverte de l’exploitation, innovent dans l’hébergement, la communication et l’évènementiel. Cela peut impliquer des investissements immobiliers et mobiliers, des créations d’emploi, de la formation…

Cinquième enjeu : la gestion des transformations des sous-produits de la vigne.
Les résidus de la vinification intéressent autant de secteurs que la cosmétique, les énergies alternatives, l’agro-alimentaire, etc. Ces produits peuvent être valorisés et ainsi générer de nouveaux revenus.

Face à tant d’enjeux, quels sont les atouts du Prêt Transition Agri-Viti lancé dans le cadre du Grand Plan 2018-2022 et du dispositif INAF voulus par le ministère de l’Agriculture ?(1)

C’est un prêt à taux préférentiel, dont le plafond est de 2 500 000 €, et qui bénéfice du fonds de garantie FEI INAF.
Il vise à encourager la montée en gamme, le renforcement des filières de qualité et la transformation des systèmes de production(2).

Ce prêt est régi par 4 axes d’éligibilité :
- Le renforcement de la qualité et des circuits de proximité pour répondre aux attentes des consommateurs ;
- La transformation des modèles d’exploitation (par exemple, la transition en bio, la mise en conformité aux normes HVE, l’acquisition de matériel de pointe pour gagner en productivité sans rien céder à la qualité) ;
- La diversification des activités et revenus de l’exploitation (chambres d’hôtes, projets d’installation de production d’énergie) à condition toutefois que l’activité agricole reste majoritaire dans le chiffre d’affaires ;
- L’évolution des pratiques par exemple, en termes de consommation d’eau, d’énergie ou d’usages de produits phytosanitaires.

Il faut ajouter à ces critères d’éligibilité un ciblage précis des exploitations concernées :
- L’entreprise ne peut pas être cotée sur un marché boursier ;
- L’exploitation a été créée depuis moins de 7 ans ;
- Si l’exploitation est plus ancienne, le financement sollicité doit être supérieur à 50% du chiffre d’affaires annuel moyen des 5 dernières années. Autrement dit, le Prêt Agri-Viti est fait pour financer des projets d’envergure.

Une fois que l'on a précisé cela, il faut savoir que ce Prêt Transition permet de financer une variété de besoins :
- Les investissements dans des actifs corporels ou incorporels :
De l’acquisition de parts sociales, de matériel, de véhicules, de fonds de commerce, d’équipements destinés à la diversification des sources de revenus …
De l’achat foncier, jusqu’à 10% du montant du projet et 20% pour les opérations d’installation-reprise

- Le besoin en fonds de roulement, jusqu’à 30% du prêt, et pourvu qu’il soit lié à des investissements.

C’est un prêt conçu par des personnes au fait des enjeux de la transition agri-viti, distribué par des experts qui connaissent la filière et le terrain, ainsi que leurs clients, qui sont en capacité de comprendre les besoins et de proposer avec pertinence des solutions de financement.

A la Caisse d’Epargne, ce prêt est limité à 10 ans

Concrètement, si je suis viticulteur, quelles démarches dois-je faire pour accéder à ce prêt ?

La filière viticulture de la Caisse d’Epargne a été conçue en connaissance des réalités des viticulteurs. Afin d’appréhender au mieux les besoins des exploitants, de leurs cycles de production ou d’élevage du vin, nous préférons les rencontrer au cœur de leurs exploitations.

Notre travail, c’est d’abord du conseil : nous observons, nous posons des questions pour bien comprendre les projets et les besoins, éventuellement en relation avec leur comptable, afin de leur offrir les solutions les plus adaptées.

C’est aussi de la pédagogie : comparer par exemple la différence entre crédit et crédit-bail ; détailler les avantages que présente notre proposition de financement… Il est vrai que le Prêt garantie par FEI INAF présente de nombreux avantages : son plafond autorise de vraies ambitions, et surtout son taux bonifié et sa garantie gratuite à hauteur de 80 % facilitent la démarche de financement de transition.

Notre ambition est d’instaurer une relation de confiance durable entre le client et nous. Ce qui est vrai pour tous les entrepreneurs l’est encore plus dans cette filière de fierté qu’est la viticulture.

(1) Dans le cadre du Grand Plan d’Investissement 2018-2022, l’Etat Français a mis en place, en partenariat avec l’Union Européenne, l’Initiative Nationale pour l’Agriculture Française (INAF), instrument financier dédié à accompagner le secteur agricole. Financé par l’Etat et par le Fonds Européen pour les Investissements Stratégiques (FEIS), ce fonds de garantie a pour objectif de faciliter le financement bancaire, à des conditions préférentielles, de projets agricoles visant la montée en gamme, la création de valeur-ajoutée et la transformation des systèmes de production. Il a également pour vocation de soutenir le renouvellement des générations en accompagnant l’installation de nouveaux agriculteurs.
(2) Sous réserve d’éligibilité et d’acceptation de votre dossier par votre Caisse d’Epargne.

« Document à caractère publicitaire et sans valeur contractuelle ».
« L’abus d’alcool est dangereux pour la santé ».

Contactez-nous

Prendre un rendez-vous

Pour prendre un rendez-vous, remplissez ce formulaire