Financement d’entreprise : quelles solutions pour développer son projet ?

Panorama des solutions pour financer et développer votre projet de création d'entreprise

Le Salon des Entrepreneurs, qui a eu lieu les 5 et 6 février à Paris, était l’occasion pour celles et ceux souhaitant se lancer dans l’entrepreneuriat de recueillir toute l’information sur les modalités de financement, notamment à travers la conférence « Panorama des solutions pour financer et développer votre projet », organisée par l’Ordre des Experts Comptables.

Le débat, modéré par Daniel Fortin, rédacteur en chef des Echos, a compté avec la présence d’Agnès Bricard, Présidente d’honneur de l’Ordre des experts-comptables, de Yann Depoys, Directeur général d’HEMEA, de Beryl de Labouchere, co-fondatrice de Tilli, de Max Peuvrier, président du Comité Financement de l’Ordre des Experts Comptables et de Marc Bonnemains, directeur du Marché des Professionnels de la Caisse d’Epargne.

Le Médiateur national délégué du crédit aux entreprises et Rapporteur de l’observatoire du financement des entreprises, Raymond de Pastor, a d’abord annoncé que « La situation économique et financière des PME (Petites et Moyennes Entreprises) et des TPE (Très Petites Entreprises) s’est améliorée au cours des dernières années ».

L’Enquête semestrielle de conjoncture des PME, réalisée par BPIfrance Le Lab, en témoigne : selon cette étude, les entreprises de petite et moyenne taille ont vu leur trésorerie s’améliorer, et cela dans tous les secteurs : +11 points pour la construction, +8 points pour les transports et +7 points pour le tourisme, par exemple. De plus, 82 % des PME considèrent que leur rentabilité a été « bonne » ou « normale » en 2019. Le meilleur chiffre concerne le financement : 90 % des PME n’ont rencontré aucune difficulté pour financer leur investissements.

Aujourd’hui, les entreprises ont accès à tout un panel de solutions pour financer la création et le développement de leur projet. Voici quelques conseils adressés durant la conférence pour s’y retrouver et choisir le dispositif le mieux adapté pour se financer.

Le Guide du Routard du Financement

Le Guide du Routard du Financement d’Entreprise 2020 a été présenté par Agnès Bricard, sa Directrice scientifique, comme le tout premier des outils à disposition du créateur ou dirigeant de TPE/PME. Notamment grâce à son entrée par fiches : « Nous avons réfléchi à 20 différents profils d’entrepreneur — créateur ou repreneur d’entreprise, start-uppeur, créateur de l’ESS, exportateur etc., pour leur présenter toutes les possibilités de financement, publiques et privées, et les orienter vers celles qui correspondent vraiment à leur cas particulier. »

Les entrepreneurs peuvent aussi trouver dans ce Guide du Routard des conseils pour mieux se faire accompagner, bien construire leur business plan, garantir leur crédit, financer leurs innovations ou leur projets d’internationalisation

Le financement bancaire

Le recours au prêt bancaire est une option qui séduit beaucoup de créateurs d’entreprise. Pour réussir cette démarche, il faut surtout bien préparer son business plan : le banquier doit être convaincu que l’entrepreneur connaît son projet et son secteur d’activité, qu’il a le sens du leadership et qu’il est entouré d’une équipe capable de le soutenir dans son parcours. La Caisse d’Epargne est fière d’accompagner les créateurs d’entreprise dans leur projet. Un accompagnement qui fournit à l’entrepreneur plusieurs avantages : le financement des équipements, des locaux, une couverture de trésorerie, le développement à l’international

« Le banquier est un rouage majeur dans le financement de l’économie. Notre métier est de collecter l’argent des Français pour le prêter localement à tous les entrepreneurs qui veulent investir sur les territoires », a affirmé Marc Bonnemains lors de son intervention au Salon des Entrepreneurs. « L’entrepreneur est un actif au sens économique : il contribue au développement des territoires et crée de l’emploi. Le rôle du banquier est d’injecter de l’argent dans l’économie pour permettre à chaque entrepreneur de développer sa passion ».

Les aides publiques

Les pouvoirs publics sont soucieux d’aider les créateurs d’entreprise, afin notamment de dynamiser l’économie et l’emploi dans les territoires. Le CAPE (Contrat d’appui au projet d’entreprise), par exemple, ouvre à l’entrepreneur les portes d’un réseau d’accompagnement via une entreprise ou une association — un soutien assuré avec des moyens matériels et financiers. L’ACRE (L’aide au créateur ou repreneur d’entreprise) permet aux entrepreneurs de bénéficier d’une exonération partielle de charges sociales au départ de leur projet. Le NACRE (Nouvel accompagnement à la création ou la reprise d’entreprise) facilite le montage du projet de création ou de reprise d’entreprise à travers un accompagnement durant 3 ans d’activité — l’entrepreneur signant un contrat d’engagement avec un organisme conventionné.

Beryl De Labouchere, co-fondatrice de l’entreprise Tilli, qui offre des services de couturiers à domicile (retouche, réparation et upcycling) a rappelé l’importance d’avoir accès à des aides publiques lors du démarrage d’une activité : « Nous sommes trois associés et il est vrai qu’au démarrage, nous avons eu la chance d’avoir l’État qui nous propose l’ACRE. Sans cela, nous n’aurions jamais pu monter la boîte ».

L’apport personnel

Pour lancer un projet entrepreneurial, l’apport personnel est important. Non seulement pour apporter du capital, mais aussi pour faire démonstration de son engagement auprès des financeurs.

Dans le cas de Tilli, l’apport personnel des trois membres fondateurs, d’un montant global de 13 K€, a permis à l’entreprise d’aller tester ses premiers canaux d'acquisition. Au bout de la première année, l’appel au « love money » a également contribué au développement de ce business. Le « love money » est l’apport extérieur de la part de proches des entrepreneurs. Cette méthode de financement est utile également pour tenir l’administration fiscale au courant des donations faites à l’entreprise (qui peuvent éventuellement être taxées).

Le crowdfunding est un troisième dispositif qui peut venir à l’aide des entrepreneurs : il leur permet d’obtenir des petits et moyens dons pour leur projet. La plupart du temps, les campagnes de crowdfunding se réalisent via des plateformes dédiées en ligne.

Contactez-nous

Prendre un rendez-vous

Pour prendre un rendez-vous, remplissez ce formulaire