#MakeHerDay 2019 : se donner la chance d’innover et de réussir dans un projet d’avenir

Une journée pour créer, développer et accélerer son entreprise

Le réseau d'accompagnement Les Premières, dont la Caisse d'Epargne est partenaire, tenait le 6 juin 2019 son événement annuel au
Ministère de l’Économie et des Finances

Entreprendre, c’est choisir !

Ouverte par Chrystèle Gimaret, Fondatrice d’Artupox et Présidente des Premières, la journée a commencé par un message enthousiasmant des prestigieuses marraines du Make Her Day : Laure Manaudou et Christelle Gauzet, qui ont ensemble lancé les Raids Défis d’Elles :
« Entreprendre, c’est choisir. Choisir son métier et trouver sa véritable identité. »

La scène a ensuite été investie par six grandes personnalités de la sphère économique : la Secrétaire d’Etat Agnes Pannier-Runacher ; le co-Président d’Open et co-fondateur du mouvement « Jamais sans Elles », Guy Mamou-Mani ; la CEO de Fretbay et Sherpa du G20 des Entrepreneurs, Areeba Rehman ; le co-fondateur de la marque Michel & Augustin, Michel de Rovira, la Présidente du Groupe Ametra, Anne-Charlotte Fredenucci et la Directrice exécutive de BPI France, Marie-Adeline Peix. Les uns et les autres ont partagé leur vision de l’entrepreneuriat en général et de la place qu’y tiennent les femmes en particulier. Un consensus a d’emblée émergé : l’économie et la société ne se peuvent pas se priver de l’énergie, des idées et de l’envie d’agir de la moitié de l’humanité ! 

Faire sauter les freins à la mixité dans les secteurs d’avenir

Malgré cette évidence, certains secteurs restent à la peine en termes de mixité : l’industrie, la tech, les transports… Entre stéréotypes intériorisés décourageant insidieusement les femmes de se projeter dans ces secteurs et persistance de préjugés voire d’attitudes désobligeantes à l’endroit des femmes dans certains milieux socioprofessionnels, les femmes se heurtent encore à un fâcheux plafond de verre… Même dans l’entrepreneuriat, là où précisément il devrait être possible de poursuivre ses rêves et de se réaliser en toute liberté.
Car entreprendre, c’est bien cela, a repris Chrystèle Gimaret, témoignant de son propre parcours de professeur de mathématiques ayant décidé que « comme l’entreprise de (ses) rêves n’existait pas, il n’y avait plus qu’à l’inventer ! ». Une vision de l’entrepreneuriat comme espace de libre expression de sa créativité et d’opportunités de se dépasser partagée par la députée Amelia Lakrafi, Alumni des Premières et fondatrice de deux sociétés de sécurité informatique : « entreprendre, c’est se donner des chances ! ». Et que le monde actuel, si rythmé, si ouvert, si énergisé par les nouvelles technologies a des chances à donner à celles et ceux qui ont des idées et croient en leurs projets !

« Dans l’innovation, le banquier est autant un recruteur de talents qu’un financeur »

La matinée s’est poursuivie par une session d’ateliers, dont l’un proposé par la Caisse d’Epargne était consacré au financement des entreprises innovantes. Co-animé par Alexandra Berrafato-Droniou, responsable de la filière Néo Business et Matthieu Giron, animateur Néo Business & Innovation à la Caisse d’Epargne Loire Centre, cet atelier a permis d’apporter des réponses à toutes les questions que des entrepreneurs se posent sur le financement d’un projet innovant, qu’il ait l’ambition de disrupter son marché ou d’incrémenter de nouvelles façons de faire dans un métier. 

Comment trouver le bon réseau d’accompagnement et tirer le meilleur profit de cet accompagnement pour valoriser son projet auprès des investisseurs et banquiers ? Pourquoi mettre en avant sa personnalité, ses expériences et la complémentarité de son équipe (Parce que dans l’innovation, « nous sommes autant des recruteurs de talents prometteurs que des financeurs !» s’est exclamé Matthieu Giron) ? Comment donner à lire et comprendre son projet quand, par définition, l’innovation s’inscrit dans ce qui n’existe pas encore ? Comment penser et écrire son business plan ? Et son plan de financement ? La séquence s’est poursuivie par une série de conseils utiles pour trouver des investisseurs, convaincre le banquier, choisir les bonnes modalités de garantie, monter un dossier pour le fonds européen d’investissement et s’ouvrir l’accès au Prêt Innovation permettant d’obtenir de 25 000 euros à 7,5 millions d’euros. Intervenant en financement de dette (à l’amorçage, notamment) comme en haut de bilan (au moment d’une levée de fonds, par exemple), les experts Néo Business apportent un accompagnement global aux entrepreneurs innovants : du financement, mais aussi des conseils, de la mise en relation avec les acteurs de l’économie d’avenir (par exemple, les sociétés de transfert de technologie…). 

Un monde d’énergies communicatives

Après cette session workshop, les participants du « Make Her Day » ont eu le plaisir de découvrir sur pièces, autour d’un convivial buffet, les talents d’entrepreneurs dans le secteur de la restauration-traiteur. Puis ils ont participé à une nouvelle session d’ateliers tournés vers les « soft skills » : développer sa confiance en soi, stimuler sa créativité et son audace, recruter et manager différemment…

Puis, chaque entrepreneur qui en avait exprimé le souhait a pu bénéficier d’un tête à tête « speed meeting » avec un expert pour recevoir des conseils personnalisés sur son projet : ainsi Matthieu Giron, animateur Néo Business & Innovation à la Caisse d’Epargne Loire Centre, et Florent Lamoureux, Directeur de Programme Digital B2B dans le groupe BPCE ont-ils échangé avec des créatrices ultra-motivées à l’énergie redoutablement communicative. Car ainsi va le monde de l’innovation : stimulant pour les entrepreneurs, il l’est aussi pour tous les acteurs qui l’accompagnent, du réseau incubateur au client final, en passant par les investisseurs et le banquier !

Crédit photos : Jean Chiscano

Contactez-nous

Prendre un rendez-vous

Pour prendre un rendez-vous, remplissez ce formulaire