Rédiger un business plan efficace : les 10 erreurs à ne pas commettre

Business plan : 10 pièges à éviter

Les conseils d’Anne-Hélène Nicolas, fondatrice d’Innovatys Consulting.

A quoi sert un business plan ?

Rédiger son business plan, c’est se confronter à soi-même et à la pertinence de son projet. Quand on travaille en équipe, il permet aussi de s’assurer que tous les membres sont en adéquation. Enfin, il sert à communiquer et à convaincre les financeurs de la viabilité du projet.

© Olivier Ezratty

Vous accompagnez des entreprises via Innovatys Consulting. Quels écueils avez-vous constaté à la lecture de leurs business plan ?

Les business plans sont parfois délirants en termes d’ambition, car peu réalistes. Certains sont trop scolaires : les perspectives financières y sont bien développées, mais l’ensemble ne fait pas sens. Un business plan doit être pensé comme un outil de pilotage qui va évoluer pour s’ajuster à l’évolution du projet entrepreneurial. Parmi les entreprises que j’ai conseillées, aucune n’a suivi son business plan à la lettre, mais aucune ne s’en est passé non plus !

En termes de perspectives de financement, quelles sont les erreurs les plus fréquemment commises ?

Faire intervenir les différents leviers de financement mal à propos. Chaque financeur répond à une catégorie de financement et à une étape de la vie de l’entreprise, il faut les utiliser avec discernement. On ne va pas chercher le capital-risque avant d’avoir une preuve de marché par exemple, c’est une perte de temps pour l’entrepreneur·e. Et certaines dépenses sont difficilement finançables, autant en être conscient.

Quelles sont, d’après vous, les 10 erreurs à éviter en rédigeant son business plan ?

  1. Croire trop fort en son génie : mieux vaut répondre à un besoin ;
  2. Se croire seul·e au monde et négliger l’étude de marché qui situe la concurrence ou les partenaires ;
  3. Sous-estimer la stratégie commerciale et son coût ;
  4. Faire l’impasse sur l’analyse des risques : mieux vaut anticiper ;
  5. Avoir une vision mécaniste de la croissance (mauvaises hypothèses, ratios agressifs) ;
  6. Sous-estimer le facteur temps ;
  7. Croire que les chiffres racontent une histoire : vous vous adressez à des « humains » ;
  8. Mal calibrer sa recherche de financement ;
  9. Sous-estimer son besoin en trésorerie ;
  10. Et, pour finir, s’accrocher à son business plan initial.

 

N’oubliez pas, c’est un outil de pilotage !

Contactez-nous

Prendre un rendez-vous

Pour prendre un rendez-vous, remplissez ce formulaire